Archives pour la catégorie Evénements

PAT3 OK

PATRICE DELAVEAU AND VESTALE DE MAZURE. A HERMES COUPLE

VESTALE2PATRICE

« It is true that she is progressing in an incredible way, that she learns very quickly and gains strength. In addition she is a true warrior « , PATRICE DELAVEAU speaks with passion of his 9 years old young mare,VESTALE DE MAZURE HDC daughter of Landor S and Mildam de Mazure by Quidam de Revel.
PAT4PAT

They are now a real couple. The warm up is done in calm with little effort, the mare is waiting to return to the track to give all the strength and attention to his rider. Destined for speed classes, she must be very reactive and trustful, because that’s how we can go faster and closer to obstacles.

FELIXFELIX4
FELIX HASSMANN

Saturday morning a second place because of micro seconds lost due to a little hesitation, the mare thought she had to jump an obstacle of bias – so used to the courses which turns constantly – whereas that the final obstacle was in a straight line! Vestale saves the jump but it is the young FELIX HASSMANN who wins on Cayenne WZ Hoslt in 54.99 seconds. Patrice is behind in 55.33 seconds. Photo: before the award ceremony Saturday morning: PATRICE DELAVEAU with PHILIPPE ROZIER – 5th with Cristallo ALM HOLST, a very good performance! FELIX HAUSSMANN with OLIVIER ROBERT, 4th with Vivaldi des Mulleaux SF.

PETP2FELIX ET OLIV

MARCUSMARCUS2

MARCUS EHNING is third with Calanda 42, a hannov mare

OLIV2RPZIER
OLIVIER ROBERT et PHILIPPE ROZIER

Saturday evening, we find the same and we start again with a 150-160m if height ! PATRICE DELAVEAU starts in 4th with VESTALE DE MAZURE, tight turns (especially that between 1 and 2 which will make a lot of mistakes!), Gallop towards obstacles this time away and manages to complete a magnificent course in 43.77seconds. His chrono will push the other competitors to make mistakes and he will once again be seriously endangered by the same FELIX HASSMANN riding this time BALZACI West is second in 44.42 seconds.

PODIUMPAT6

FELIXFELIX2

FELIX HASSMANN and Balzaci 2nd

WHITSUPWHEITSUP
PHILIPP WEISHAUPT and Belo Horizonte 3rd

PHILIPPEPHILIPPE2
PHILIPPE ROZIER and Rêveur de Kergane 4th

GREGGREG2
GREGORY WHATELET and MJT Nevados S 5th

EDWINA ET BERTRAM3

EDWINA ET BERTRAM OF COURSE!

Le Prix SAUT HERMES qui se déroule samedi après-midi et qui a la spécificité de présenter les couples a toujours des favaeurs du public. Cette fois-ce encore les tribunes ont été pleines pour applaudir les beaux couples mariés pour l’occasion par l’organisateur GL Events. L’épreuve en deux manches, la deuxième au chrono a finalement donné le status de Grand Gagnant au couple composé d’EDWINA TOPS ALEXANDER (Aus) sur Lintea Tequila HOLST et  BERTRAM ALLEN (Irl) sur Christy Jnr BWP avec 4 points de pénalité uniquement.

EDWINA ET BERTRAMEDWINA ET BERTRAM3

BERTRAM4EDWINA3

A la deuxième place, à cause d’un point de temps dépassé par MALIN BARYARD JOHNSSON (Swe) avec sa magnifique H&M Cue Channa 42 SWB accompagnée par notre KEVIN STAUT national sur Silver Deux de Virton HDC SF. Un couple visiblement très bien assorti…

KEVIN ET MALINCOUPLES GAGNANTS 3

MALIN2KEVIN2

A la troisième place on retrouve  un coupe 100% Français: MARGAUX BOST et son fidèle As de Papignies SBS qui n’a pas touché une barre et CEDRIC ANGOT avec Talent des Moitiers SF qui a fait 12 points.

MARGAUX ET CEDRICM BOST

Ils ont profité de la mésaventure de Max Kühner qui est tombé avec Cornet Calua, bien décidé à ne pas sauter en direction de l’écran, dont le couple avec la très élégante et efficace Alexandra Paillot et son Tonio la Goutelle a été bien placé en tête…

APAILLOT3KUHNER

DELSTAR MAIL

LES MASTERS ETALONS OU COMMENT JUGER LES STARS DU FUTUR

SF

Samedi soir pendant le Salon des Etalons se déroule traditionnellement le Masters l’Eperon des jeunes étalons. Une belle occasion de les voir évoluer sur les barres – exercice annoncé comme délicat pour les 4 ans – mais aussi se familiariser avec le système de notation des juges.

EMIR DU CHANU EN TETE DES 4 ANS

EMIR DU CHANU

EMIR DU CHANU

Il s’est fait remarquer à l’entrée de la piste par ses belles allures et son énergie. Ce fils d’Air Jordan par Papillon Rouge a obtenu la note finale de 84 points pour le compte du SNC Ecurie du Herrin sous la selle de Sébastien Tencé.

EMIR DU CHANU

EMIR DU CHANU (Air Jordan x Papillon Rouge)

LA NOTE...

LA NOTE…

EKANO DKS est deuxième avec 83 points. Très beau cheval gris qui ne manque pas de séduction est un croisement de Kannan par Cumano imaginé par Richard Levallois. Il a été monté par Alexis Gourdin

EKANO DKS

EKANO DKS (Kannan x Cumano)

DELSTAR MAIL EN TETE DES 5 ANS

DELSTAR MAIL

DELSTAR MAIL

Le Champion des 4 ans sacré en 2017 à Fontainebleau se retrouve logiquement en tête de l’exercice. Fils de Utrillo Vd Heffinck et de la célèbre Katchina Mail par Calvaro a été monté par Grégoire Hercelin et a obtenu 83 points. Une victoire savourée par son naisseur Bernard Le Courtois

DELSTAR MAIL

DELSTAR MAIL (Utrillo Vd Heffinck x Calvaro)

LA NOTE...

LA NOTE…

DONATELLO SEMILLY, fils de Nartago par Le Tot de Semilly est deuxième sous la selle d’Olivier Martin.Le Haras de Semilly se retrouve une fois encore récompensé pour leurs choix d’élevage.

DONATELLO SEMILLY

DONATELLO SEMILLY (Nartago x Le Tot de Semilly

CESTUY LA DE L’ESQUES EN TETE DES 6 ANS

CESTUY

CESTUY LA DE L’ESQUES (King Size x Ultan)

Cette victoire de l’AA fut une surprise mais les amateurs du CC connaissait déjà bien ce cheval né en Calvados chez Laurent Jamault, déjà naisseur de King Size, le père Cestuy. CESTUY a déjà été sacré champion des 4 ans à Pompadour, se classant 3ème des 5 ans, toujours sous la selle de Thomas Carlile. Cette victoire et une superbe note de 87 points ont donné certainement un coup de projecteur à l’étalon qui aspire à produire également en CSO. En effet, pourquoi ramener du sang étranger quand on peut utiliser l’énergie du Calvados ? La seule remarque concerne son nom, vraiment pas facile à retenir….

AA THOMAS

LA NOTE PARFAITE...

LA NOTE PARFAITE…

CANDY DE NANTUEL*GFE est deuxième sous la selle de Thomas Rousseau. La petite star alesane du GFE (Luidam x Diamant de Semilly) a déjà été repérée par les éleveurs suivant la bonne logique de sang de Quidam associé à Diamant de Semilly.

CANDY DE NANTUEL

CANDY DE NANTUEL

ASCOTT DES VAUX, AWAY SEMILLY ET ZE CARIOCA DOMINENT LE MATCH CLIP MY HORSE

Nouvelle formule pour les amateurs des émotions sportives qui n’ont pas peur de se coucher tard… Huit équipes de deux étalons de plus de 6 ans et un barrage pour celles qui arrivent en tête réalisé par un membre de l’équipe.

ASCOTT DES VAUX (Diamant de Semilly et Super de Bourrière) avec Thomas Rousseau se révèle le plus rapide, suivi par AWAY SEMILLY (Diamant de Semilly x Watzmann) monté par Olivier Martin. A la troisième place on retrouve ZE CARIOCA (Canturo x Kannan) monté par Christopher Burton dont Nelson Pessoa est propriétaire et naisseur tellement passionné qu’il est venu à Saint-Lô pour pouvoir présenter le cheval.

ASCOTT DES VAUX ET SON CAVALIER

ASCOTT DES VAUX et son cavalier…

AWAY SEMILLY ET OLIVIER MARTIN

AWAY SEMILLY et Olivier Martin

ZE CARIOCA au défilé

ZE CARIOCA au défilé

Quand on vous dit que le Salon des étalons de Saint-Lô est un rendez-vous des stars !

 

 

Diamant 20ans -Auriane Notin 1

LA SAGA SEMILLY

Anne-Sophie et Richard Levallois

Anne-Sophie et Richard Levallois

UNE AFFAIRE DE FAMILLE…

Le grand-père de Richard a été étalonnier dans les chevaux de trait. Avec le directeur du haras de Saint-Lô de l’époque ils ont amorcé la transformation des chevaux de travail vers plus de légèreté en croisant les cobs légers et les trotteurs avec les pur-sang ce qui a finalement abouti, après la guerre, à l’apparition du cheval de sport. Le père de Richard a été avant tout un marchand, à son époque les agriculteurs vendaient leurs chevaux de ferme pour acheter des tracteurs. Lui avait une passion pour l’équitation, il partait à cheval pour participer aux concours organisés par les sociétés hippiques rurales.

Germain Levallois et Le Tot

Germain Levallois et LE TOT DE SEMILLY

La passion de l’élevage est venue avec Richard – le haras à Couvains a été acheté à cet effet en 89. Il a commencé avec ses trois bonnes juments de concours et ensuite, avec le développement de la technique du transfert d’embryons, il a eu accès à la très bonne génétique.

Haras de Couvain

Haras de Couvains

LA REVOLUTION TECHNIQUE DE L’ELEVAGE A DEBUTE EN NORMANDIE

Le Haras de Semilly a été le premier, avec la famille Pignolet, à développer l’utilisation et la commercialisation de la technique du transfert d’embryons sur les chevaux – ils ont travaillé avec la coopérative agricole qui le pratiquait sur les bovins. Les chercheurs de l’INRA ont fait leurs tests en parallèle mais c’est vraiment ici que cette pratique a été mise à la disposition des éleveurs et développée progressivement. Le transfert d’embryons équin est devenu aujourd’hui monnaie courante dans toute l’Europe et dans le monde.

Artiste de l'Abbaye présenté par Richard

ARTISTE DE L’ABBAYE présenté par Richard

EN ELEVAGE, ON PRIVILEGIE LA NATURE AUX PIQURES  

Depuis plusieurs années le Haras de Semilly représente le plus grand centre français en matière de reproduction équine.  En moyenne 700 juments passent par le haras pendant la saison de monte.

Panneau Haras de Semilly 1

« On est souvent appelé à la fin de la saison « en dernier recours ». On a un très bon taux de réussite de remplissage et heureusement, car avec tout le mal qu’on se donne !…  Le secret de la réussite c’est tout simplement le respect de la nature. Les juments arrivent souvent déréglées, plus rien ne marche normalement. Les causes sont multiples : certaines n’ont pas une vie normale pour une poulinière – confinées en boxe, avec des couvertures, sans contact avec les congénères. D’autres ont été déréglées par trop d’injections d’hormones pour déclencher les chaleurs, pour précipiter l’ovulation … Ca peut marcher au début, mais après on dérègle tout. Nous on passe notre temps à les reprogrammer naturellement. On les met à l’herbe – c’est un élément très important avec le soleil car ils apportent beaucoup de vitamines nécessaires – et dans un troupeau où elles vont mieux se cycler mutuellement. On les fait souffler par un poney – alors qu’en général elles ne voient pas l’ombre d’un étalon. On les observe et on les contrôle régulièrement. En fin de cycle, le rythme des échographies s’accélère pour ne pas rater l’ovulation : tous les jours et tard le soir si nécessaire avec l’aide d’une bonne équipe de vétérinaires et on insémine au plus près de l’ovulation en essayant d’avoir le moins possible recours aux piqures d’hormones. C’est beaucoup de travail car avec certaines juments cela peut prendre beaucoup de temps, mais il ne faut pas être pressé si on veut de bons résultats, surtout lorsque l’on nous demande d’inséminer avec une seule paillette ! Avec les étalons fertiles comme Diamant ce n’est pas un problème mais avec certains autres c’est beaucoup plus compliqué ! On a remarqué également que les fils des étalons fertiles sont souvent fertiles également, c’est une qualité qui se transmet. Les techniques de congélation sont aussi très importantes – avec Eurogen, nous avons développé une excellente technique qui nous permet de gagner des points en qualité de semence post-décongélation. »

Rock'n Roll Semilly par Delaroque

ROCCK’N ROLL SEMILLY fils de DIAMANT photo Delaroque

LE MENTAL AVANT TOUT

On fait naître une trentaine de poulains par an ce qui n’est pas énorme. Certains éleveurs français en font naître le double, sans parler de Paul Schockemölhe qui en fait naître des centaines. Nous ne sommes donc pas un gros élevage en quantité de production. Nous essayons de miser davantage sur la qualité.

Le Tot de Semilly photo Monneron

LE TOT DE SEMILLY le chef de race, photo Monneron

Pour les croisements, le critère de qualité qui pour nous est le plus important et avec lequel on a démarré avec note premier étalon, Le Tot de Semilly, c’est le mental. Même le meilleur cheval avec toute la force et la technique, s’il n’a pas envie de bien faire, il ne fera rien. Il faut des chevaux courageux et c’est pour cela que les souches normandes sont appréciées, car à leurs bases il y a des chevaux de travail et les paysans ne gardaient que des chevaux de labour qui acceptaient des efforts très durs. Les SF sont donc réputés comme faciles et courageux et à ce titre appréciés par les étrangers.

Le Tot de Semilly

LE TOT DE SEMILLY et Eric Levallois

A l’époque on était à peu près les seuls à croire en Le Tot. Les éleveurs lui préféraient Narcos, qu’il fallait réserver un an à l’avance. Avec du recul, on a eu raison de croire en Le Tot qui, avec sa force, son bon équilibre, son respect naturel et sa grande facilité s’est révélé, malgré un modèle que certains trouvaient trop massif, comme un véritable chef de race.

Le Tot - modèle en puissance et en équilibre

LE TOT – modèle en puissance et en équilibre

Le Tot à La Baule photo F.Paplard

LE TOT à La Baule photo F.Paplard

La race a évolué très vite, maintenant on recherche des chevaux modernes, légers, avec beaucoup d’énergie, une bonne technique, respectueux. Et le respect c’est inné. Aujourd’hui, même en épreuves amateur, si vous avez des chevaux lents et lourds, ça ne passe plus. Les épreuves sont de plus en plus rapides, les obstacles de plus en plus légers, il faut donc des chevaux électriques qui réagissent à la moindre sollicitation. Mais il est vrai que l’excès de cette réactivité fait qu’ils peuvent se faire facilement peur et s’arrêter net ou être trop difficiles à contrôler. Le juste milieu est donc très délicat à trouver et c’est pour cela que les chevaux d’exception sont tellement rares. »

DIAMANT DE SEMILLY UN EXTRATERRESTRE

Comme Diamant justement.

Diamant de Semilly - n°1 mondial

« Comment dire… C’était comme une voiture avec une vitesse en plus. Il n’a jamais fait un refus de sa vie. Même dans les pires abords, il n’a jamais été dans le rouge, tellement il avait de la force et un super mental.

Diamant JEM photo F.Palard

DIAMANT et Eric Levallois JEM de Jerez, photo F.Paplard

On se rappelle toujours la vidéo des JEM à Jerez en 2002 quand il est devenu le Champion du Monde. Il y a avait une rivière puis un très gros oxer avec un contrat de foulées très délicat. Il est arrivé complètement dans le pied de l’oxer et normalement, 95% des chevaux se seraient arrêtés ou écrasés dedans. Mais  lui non : il a sauté et à tout fait pour ne pas toucher, alors que c’était infaisable.

Diamant JEM photo F. Paplard

DIAMANT et Eric au JEM photo F. Paplard

Il transmet ses  qualités à sa production et ce n’est pas un hasard s’il a été le meilleur étalon du monde pendant 2 années de suite et encore deuxième cette année. Vu la régularité de sa production et la qualité de ses nouvelles générations qui arrivent, il va sans doute parmi les meilleurs pendant plusieurs années encore. En plus on a la chance qu’il soit toujours aussi fertile. Il est vraiment un phénomène surnaturel à tous points de vue !

Diamant à Aix-la-Chapelle photo F. Paplard

DIAMANT et Eric à Aix-la-Chapelle photo F. Paplard

Certains médisants le disaient méchant sans savoir qu’il était orphelin et élevé au biberon. S’il avait eu une mère, il aurait été comme un cheval normal et très gentil comme son père l’était car il transmet lui aussi un excellent caractère à ses produits.

Diamant à la Baule photo R.Costabadie

DIAMANT à la Baule photo R.Costabadie

Il a été nourri par Richard et un employé de l’époque – toutes les deux heures jour et nuit. Il se promenait en liberté dans la cour et venait à la fenêtre pour prendre son biberon. Aujourd’hui on ne le referait plus. Dans un cas de malheur comme ça il faut absolument trouver une mère de substitution. Un poulain élevé seul n’a pas de codes, pas d’éducation et devient rapidement ingérable. On voit des cas bien pire que Diamant alors qu’il est étalon !

Diamant à Donaueschigen photo par Costabadie

DIAMANT à Donaueschigen photo R. Costabadie

Malgré sa triple opération de coliques en 2008, Diamant a bien récupéré et a une vie très agréable. Il va tous les jours au paddock (il en a 10 à sa disposition !) et a un repas en plus dans la journée et le soir, au boxe, comme il ne faut pas qu’il mange de la paille ou des copeaux, on lui a fait un matelas en caoutchouc avec de l’air en dessous.  Un régime 4* !

L'étalon et son cavalier...

L’étalon et son cavalier…

DES ETALONS EN OFFRE PLETHORIQUE ET LES ELEVEURS DE PLUS EN PLUS PERDUS    

Les catalogues des étalons sont de plus en plus beaux et de plus en plus fournis mais il est de plus en plus difficile de faire de nouveaux croisements et de faire percer de nouveaux étalons. C’est assez inquiétant pour l’avenir de l’élevage français. A l’étranger, les étalons de 2 et 3 ans agréés saillissent beaucoup plus qu’en France et c’est grâce à ce bon testage sur descendance que l’on se rend compte des qualités de leur production et qu’ils peuvent espérer percer. Les jeunes étalons français saillissent 20-40 juments ce qui n’est pas significatif et les éleveurs préfèrent les étalons étrangers à la mode. Heureusement qu’à l’inverse, les étrangers cherchent le SF originel ! En concours, le sang français est aussi bien apprécié.

Quebracho Semilly CSIO Dublin

QUEBRACHO SEMILLY et Katharina Offel CSIO Dublin

De notre côté on relativise les modes et l’on suit notre idée pour ce qui concerne notre propre élevage, mais on est d’accord que pour faire sortir un jeune étalon du lot, il faut bien créer une mode, une envie.

Quebracho à Fontainebleau 7ans QUEBRACHO SEMILLY LEYGUE Ludovic

QUEBRACHO à Fontainebleau 7ans

L’ouverture à l’étranger est une bonne chose si vous importez le top et si vous le mélangez avec le sang français. Le problème, c’est que, quand ils sont très bons on a du mal à les avoir en France, mais si vous importez ce dont ils ne veulent plus, on risque de dégrader la race. Or, la majorité des éleveurs ne savent pas quelle est la véritable qualité de tous ces étalons importés. S’ils produisent des poulains moyens, difficilement vendables, ils vont s’écœurer et arrêter.

ROCK'N ROLL SEMILLY le Champion des 6 ans à Fontainebleau

ROCK’N ROLL SEMILLY le Champion des 6 ans à Fontainebleau

Vendredi 13 Mai 2016;La Baule;CSIO COUPE DES NATIONS;SCOOPDYGA - MARTINI Jean-philippe - Marlon MODOLO ZANOTELLI (BRA). ROCK'N ROLL SEMILLY

ROCK’N ROLL SEMILLY et Marlon Modolo Zanotelli  à La Baule Coupe des Nations

Le Salon des Etalons de Saint-Lô est une magnifique vitrine. C’est le plus grand salon en France et en Europe. Il y a beaucoup de visiteurs étrangers. Le site s’y prête parfaitement et le salon est très bien organisé, c’est donc un événement majeur pour tous les professionnels et les passionnés de l’élevage. Ce qui me dérange c’est la façon dont les étalonniers présentent leurs chevaux. C’est bien de savoir présenter et de vanter les mérites de chaque étalon, c’est convivial aussi, mais si on dit n’importe quoi ça fausse la donne et mentir aux éleveurs pour vendre les saillies ça me dérange vraiment.

ROCK'N ROLL LONGINES CUP OF THE CITY OF BARCELONA Marlon MODOLO ZANOTELLI - ROCK'N ROLL SEMILLY

ROCK’N ROLL SEMILLY et Marlon Madolo Zanotelli Longines Cup of the City of Barcelona

ANDIAMO VERS L’AVENIR

ANDIAMO SEMILLY - un beau modèle

ANDIAMO SEMILLY – un modèle sport moderne

Andiamo Semilly est celui qui se détache le plus dans notre piquet des jeunes. Il présente les qualités de Diamant mais en plus moderne, plus sport. Sa lignée maternelle ramène le sang de Rantzau, ce qui est un très bon atout. Il se transcende sur la piste. C’est un cheval facile, courageux et intelligent : un cheval de sport par excellence.

ANDIAMO 6 ans à Fontainebleau

ANDIAMO SEMILLY avec O.Martin 6 ans à Fontainebleau 2016

ANDIAMO 7 ans à Fontainebleau 2017

ANDIAMO SEMILLY avec O.Martin 7 ans à Fontainebleau 2017

Et il y a tous les autres, évidemment auxquels on croit.

ARTISTE DE L'ABBAYE 6 ans Masters à Saint-Lô

ARTISTE DE L’ABBAYE 6 ans avec O.Martin Masters à Saint-Lô photo Pixels Event

AWAY SEMILLY présenté par son naisseur

AWAY SEMILLY présenté par son naisseur

AWAY SEMILLY à Fontainebleau 2017 photo Louzier

AWAY SEMILLY  et O.Martin à Fontainebleau 2017 photo Louzier

Captain Semilly avec son beau modèle, sa force, sa souplesse et beaucoup de charisme. Pour l’instant, il a du mal à se concentrer en concours car il a énormément de sang et la monte lui tourne un peu la tête. Il faut lui laisser le temps. Je pense toujours à Papillon Rouge qui n’a jamais rien fait jusqu’à 8 ans et qui s’est révéler ensuite. Dans notre métier il faut savoir s’adapter à chaque cheval et aussi être patient…. »

CAPTAIN SEMILLY - un modèle séduisant

CAPTAIN SEMILLY – un modèle séduisant

CAPTAIN SEMILLY et O.Martin à Fontainebleau 2016

CAPTAIN SEMILLY et O.Martin à Fontainebleau 2016

tony et oxygene2

J’AIMERAIS BIEN GOUTER AUX CONCOURS 5* – la rencontre avec TONY HANQUINQUANT

Tony "comme chez lui" au Haras des Muriers

Tony « comme chez lui » au Haras des Muriers

Tony Hanquinquant, le cavalier normand bien connu des concours de la région et portant le double titre Champion de France Pro 2 et Pro1 avec la même jument Oxygène d’Eglefin, est installé dans les écuries du Haras des Mûriers. Depuis quelques mois Tony monte également les protégés de Geneviève Megret qui lui permettent d’envisager une nouvelle étape dans sa carrière et de rêver aux pistes des concours très étoilés…

Un amour d’enfance

Mes parents n’étaient pas du tout dans le milieu des chevaux et nous habitions Yvetot. J’ai découvert les chevaux à sept ans grâce à un ami de mon père qui a monté une écurie avec des chevaux pour faire de la balade. C’était une très bonne école pour apprendre les bases techniques et être à l’aise avec le cheval dans toutes les circonstances. J’aimais beaucoup ça… Ensuite c’est Luc Van Colen, l’oncle d’Axel Van Colen qui a acheté la propriété et a installé un centre équestre. Ce centre est devenu ma seconde maison. J’y ai passé tout mon temps libre, je faisais les boxes, je montais les chevaux, j’emmenais les gens en balade.

Le CFA d’Yvetot, une très bonne école

A 16 ans je suis entré au Centre de Formation Agricole à Yvetot, une école d’une très bonne réputation. Yann Audebert y était alors responsable de la formation hippique et c’était un professionnel exceptionnel qui nous a appris l’essentiel du métier. Je continuais également l’apprentissage sur le terrain – chez Bruno Lesage et ensuite au Haras du Loup. J’ai opté ensuite pour le Monitorat. C’est ainsi que je me suis retrouvé pendant deux ans chez Gilles Decaqueray en tant qu’ élève-moniteur. C’était une expérience très formatrice et enrichissante car Gilles gérait une structure importante avec un club, une écurie de propriétaires et il faisait aussi un peu de commerce des chevaux. Ensuite, pendant un an j’ai été salarié chez Michel Hécart.

Tony avec Tourterelle d'Elle

Tony avec Tourterelle d’Elle                                                                                                                               Besoin de liberté…

Après un an chez Michel Hécart  j’ai décidé de devenir libre, indépendant et à mon compte.  Là aussi j’ai beaucoup appris. J’ai travaillé pour Les Ledermann et cela a été un moment important car Jean-Pierre Ledermann a une grande expérience et une approche des jeunes chevaux très mesurée et patiente. Cette rencontre m’a beaucoup marquée dans ma carrière, il me fait penser à Henry Prudent que j’ai la chance de côtoyer maintenant au Haras de Clarbec. A cette époque je montais également les chevaux pour Le Haras de la Pomme et Le Haras d’Ouilly – 14-15 chevaux par jour en moyenne. Je faisais beaucoup de route et beaucoup d’horaires mais je gagnais bien ma vie et je n’avais pas de logistique à gérer. C’était le bon côté de ce mode de fonctionnement.

Avec Sultane des Ibis

Avec Sultane des Ibis

Construire une carrière sportive

Mais j’avais envie d’obtenir de bons résultats sportifs et cela n’était pas facile avec cette formule. On ne peut pas toujours faire confiance aux propriétaires concernant la gestion du travail des chevaux et c’est difficile d’avoir des résultats quand on les monte deux fois par semaine.  J’ai donc commencé à réunir les chevaux des propriétaires dans une structure. L’élevage de Cormeilles comptait parmi mes premiers propriétaires, l’élevage d’Ouilly également. Je me suis installé d’abord au Brèvedent, ensuite à Saint Gatien et depuis 2013 j’ai posé mes chevaux au Haras des Mûriers. Mon alliance avec la famille Cottard fonctionne très bien, c’est une petite structure, je m’y sens chez moi, de mon côté j’aide à la remplir avec les chevaux de mes propriétaires et je coach les cavaliers maison. L’année dernière j’avais 25 chevaux, cette année j’ai réduit l’effectif à 15.

Avec Varenta GEM

Avec Varenta GEM

En octobre 2016 j’ai été contacté par le Haras de Clarbec avec la proposition de venir monter les chevaux au Haras deux fois par semaine. Je n’étais pas forcément prêt à l’accepter vu que ma structure marchait très bien avec les chevaux de plusieurs propriétaires mais après une discussion de deux semaines j’ai accepté la proposition et aujourd’hui j’y travaille à mi-temps. Il faut avoir pas mal d’expérience et la tête bien sur les épaules pour travailler dans une maison aussi importante car on a pas mal de pression et il faut pouvoir y résister. Je ne cours pas après les 5 étoiles toutes les semaines mais j’aimerai y goûter. C’est possible avec Chacco Rouge que je monte depuis quelques mois car c’est un cheval exceptionnel qui passe avec aisance tous les paliers. Il est courageux, respectueux, et s’applique pour faire plaisir à son cavalier. C’est un cheval qui a les moyens d’affronter le plus haut niveau. Comme il a eu des soucis de santé il a été préservé et a conservé beaucoup de fraîcheur. A son côté il y a Sultane des Ibis, Vahine de Favi et Varenta Gem. Dans mon écurie j’ai également Tourterelle d’Elle qui a déjà fait des GP à 150 – et qui pourra aussi épauler Chacco pendant de beaux concours.

Avec Chacco Rouge à Deauville

Avec Chacco Rouge à Deauville

Les chevaux qui ont compté

Le premier qui a beaucoup compté c’est Pearl Harbor, c’est avec lui que j’ai fait mes premières grosses épreuves à l’époque de mon travail pour les Ledermann. J’étais timide alors qu’il n’avait peur de rien, il m’a donné de l’assurance. La deuxième c’était évidemment Oxygène d’Eglefin, une battante qui m’a apporté de la régularité. Quand elle était en forme on pouvait être sûr d’obtenir un bon classement. Et c’est avec elle que j’ai obtenu deux fois le titre de Champion de France. Ce doublé m’a vraiment apporté de la reconnaissance du milieu. Maintenant avec Chacco Rouge j’espère monter le plus haut possible – on a un cheval pour le faire et la propriétaire très motivée, alors tout est possible.

Avec les chevaux il faut rester philosophe

Avec les chevaux il faut toujours rester philosophe car on ne sait jamais… Je ne sais pas si mon aventure avec le Haras de Clarbec va durer mais on fait au mieux sur le moment présent. On fait un métier de passion. On est motivé par la volonté de faire des beaux parcours et des bons résultats mais en réalité sur vingt parcours il y a souvent un parfait qui s’est déroulé exactement comme on voulait, pour les autres on rumine en se disant « j’aurais dû faire mieux ». Mais c’est toujours le parcours réussi qui nous motive pour la suite.

 

 

 

THOMA RIUSSEAU

ASCOTT DES VAUX EN TETE DES ESPOIRS A SAINT LO

Thomas Rousseau et Ascott des Vaux

Thomas Rousseau et Ascott des Vaux

Meeting de Printemps avec AEC a consacré une part importante du programme aux chevaux d’avenir en mettant en place plusieurs épreuves pour les chevaux des 7 ans.

THOMAS3 THOMAS VICTOIRE

Ascott des Vaux, fils Diamant de Semilly et de Déesse des Vaux monté par Thomas Rousseau s’est révélé le plus prometteur. Vainqueur du Grand Prix Top 7 le lundi 17, il a déjà emporté le Prix de Normandie-terre-de-cheval et Château Perron la première semaine. Beaucoup de force, de respect et un beau modèle lui promettent également un bel avenir dans l’élevage.

Margaux Rocuet et Astalavista

Margaux Rocuet et Astalavista

Margaux et Astalavista sur l'obstacle NTDC

Margaux et Astalavista sur l’obstacle NTDC

Astalavista Declamen, fille de Landor S, se place deuxième avec Margaux Rocuet – très en forme tout au long du Meeting – alors que Robert Breuil sur Astone de Beaufour, un autre fils de Diamant de Semilly, occupe la troisième place. La production de Diamant de Semilly a d’ailleurs dominé très largement au niveau de la représentation, on a remarqué également une bonne production de Mylord Carthago.

Hugo Breuil

Robert Breuil avec Astone de Beaufour

Sky Higgin avec Etoile VD Wijnhoev, une jolie jument Z avec un papier très français (Eros Platière et Arpège Pierreville) se placent quatrième suivie par Pierre-Marie Friant avec Aurane de Beaugy, une puissante fille de Mylord Carthago.

Sky Higging et Etoile

Sky Higging et Etoile

Pierre - Marie Friant

Pierre – Marie Friant et Aurane de Beaugy

La Britannique Holly Miller sur Felicio (KWPN) est sixième alors que Yannick Gaillot arrive septième avec une jolie jument pie, fille de Limbo, nommée Avenir du Beau Mont. Le Britannique Declan Irvine avec Fendiela ferment la liste de classement.

Holly

Holly Miller et Felicio

Yannick Gaillot et Avenir

Yannick Gaillot et Avenir du Beau Mont

La veille matin pour la deuxième manche de l’épreuve NTDC et Château Perron c’est Alothain de Blondel, un fils de Newton de Kreisker qui s’est imposé sous la selle de britannique de Laura Renwick. Le couple a fait réussi un parcours parfait à très  vive allure et finalement imbattable.

Laura Renwick

Laura Renwick et Alothain de Blondel

LAURA NTDC 2

Hubert Pignolet qui s’est longtemps maintenu en pole position avec Athos d’Elle  (Apache d’Adriers) a dû finalement céder la place à l’amazone britannique. Axelle Lagoubie avec Feeling de Z (for Hero de Hus) a démontré une fois encore sa compétitivité – la cavalière a été classée à plusieurs reprises tout au long du Meeting – en prenant la troisième place de l’épreuve. Malheureusement la Championne de France n’a pas pu prendre le départ du GP Top 7 le lundi car victime d’une mauvaise chute et d’une cassure au paddock.

Hubert Pignolet et Athos d'Elle

Hubert Pignolet et Athos d’Elle

Axelle Lagoubie et

Axelle Lagoubie et Feeling de Hus

Axelle Lagoubie et Feeling de Hus "ème l'épreuve NTDC

Axelle Lagoubie et Feeling de Hus  l’épreuve NTDC

Akilles Nok (Indoctro) avec Yoann Le Vot et Avenir du Beau Mont avec Yannick Gaillot se placent 4 et 5 suivi par Mathieu Billot avec Always de Combraille (Oscar des Fontaines). Le Britannique Declan Irvine sur Fendiela et Robert Breuil avec Astone de Beaufour (Diamant de Semilly) achèvent le classement.

Les chevaux de qualité et bien préparés, voilà une belle assurance pour l’avenir sportif du Selle Français et de son élevage.

ALEXIS TOP PRICE

ALEXIS DEROUBAIX UNE VICTOIRE HISTORIQUE

ALEXIS TOP

Oui il l’a fait !!! Incroyable mais vrai,  Alexis Deroubaix a gagné la surprime de 50 000 euros promise par AEC, l’organisateur du premier Meeting de Printemps à Saint-Lô, au couple gagnant les deux Grand Prix du CSI 2* au cours des deux week-ends passés. Il fallait vraiment avoir un mental d’un Scott Brash et les nerfs d’acier d’un Christian Alhmann pour ne pas céder à la pression.  Et Alexis Deroubaix a tenu bon en enchaînant les deux victoires et même trois, car il a signé sa première il y a trois semaines au Mans! Le héros du Meeting de Printemps affichait le sourire d’un homme parfaitement heureux. « C’était mon objectif et il est atteint. C’est le résultat de toute l’équipe. On passe vraiment un bon moment. »

ALEXIS

Le même enthousiasme s’affichait du côté des organisateurs, Charles Hubert Blin, président de l’Association des Ecuries des Concours était « fier et ravi » tout en sachant que désormais on aura du mal à trouver les assureurs qui acceptent de jouer un tel coup de poker.

Alexis et un barrage de légende

Alexis et un barrage de légende

ALEXIS BARRAGE

Avec les résultats moins brillants tout au long du week-end de Pâques, le cavalier du Nord semblait garder toute sa motivation pour le Grand Prix décisif. La vraie difficulté se jouait au barrage. Douze couples et certains très rapides comme Julien Epaillard sur  Sephora Sonzeenne, longtemps en tête avec le chrono de 40.93 ou Vincent Balleux, très en forme et en vitesse ce week-end – il a formé un couple de choc avec Signée Lulu une jument de  qualité et d’avenir avec laquelle il a bouclé le barrage en 40.10 – se sont battus comme des lions pour la première place.  Alors Alexis a joué sur la confiance et sur les moyens de son cheval en enlevant une foulée à l’abord du dernier oxer. Timon d’Aure s’est envolé et a fait un saut que l’on voit rarement sur les pistes et qui a littéralement coupé le souffle au public. C’est ainsi qu’il a réussi à descendre son chrono à 39.94. Un exploit unique et historique qui a rendu heureux Annick et André Chenu les propriétaires du fils de Mylord Carthago et son naisseur  Bertrand Chambry.

Une famille heureuse...

Une famille heureuse…

Vincent Balleux avec Signée Lulu qui a réalisé un tour de barrage très spectaculaire et en confiance est deuxième et Julien Epaillard, un autre homme fort du week-end prend la troisième place. Il est également distingué comme Meilleur Cavalier et sa jument Sephora Sonzeenne, fille de Kannan, prend le titre du Meilleur Cheval du Meeting.

Vincent Balleux et Signée Lulu au barrage

Vincent Balleux et Signée Lulu au barrage

Julien et Sephora au barrage

Julien et Sephora au barrage

Frédéric Busquet avec Ti Pol du Plessis – encore un bon cheval de l’élevage Chenu – se placent quatrième. Floriant Angot et son Tip Top des Tess, un autre fils de Mylord Carthago finit cinquième suivi par Margaux Rocuet avec Trafalgar Kervec, fils de Quaprice Boismargot, nouveau dans ses écuries mais qui devient rapidement son cheval de cœur et de performances.

Frédéric Busquet et ti Pol du Plessis

Frédéric Busquet et ti Pol du Plessis

Florian Angot et Tip Top des Tess

Florian Angot et Tip Top des Tess

Margaux et Trafalgar

Margaux et Trafalgar Kervec

Parmi les nombreux Britanniques présents au concours c’est finalement William Funnell avec Billy Fanta qui se retrouve au classement à la septième place suivi par Alexandra Ledermann sur son fidèle Requiem de Talma. Ils sont tous sans faute au barrage avec un écart de trois secondes, la partie a donc été très serrée….

C'est la victoire!

EDWINA PENELOPE ET BERTRAM AU SOMMET DU SAUT HERMES

Edwina Tops-Alexander a été parfaitement heureuse d’emporter avec sa magnifique jument California ce Grand Prix Hermès ultra sélectif qui s’est joué le dimanche après-midi sous la coupole du Grand Palais.

C'est la victoire!

C’est la victoire!

Pénélope Leprevost et Vagabond de la Pomme, portés par la foule enthousiaste, se placent deuxième et Bertram Allen avec sa bonne Molly Malone V, désormais de retour en grande forme, ferme le trio de tête. Nous fêtons ainsi, ce qui est assez rare à ce niveau, une double victoire féminine dans une épreuve qui restera certainement dans les mémoires.

Un beau tour d'honneur

Un beau tour d’honneur

A la reconnaissance déjà on voyait les visages fermés et les cavaliers préoccupés – mais avant le départ d’un Grand Prix important ce n’est pas vraiment surprenant. Mais dès premiers parcours on a vu que ça allait être compliqué, Philippe Rozier avec Rahotep de Toscane, deuxième au départ, a décidé d’abandonner assez rapidement car il « ne sentait pas ce parcours qui lui paraissait trop dur pour les chevaux».

Philippe et Rahotep

Philippe et Rahotep

Il a été suivi par douze autres cavaliers dont Patrice Delaveau, Lorenzo de Luca, Max Kühner, Michael Whitaker ou Pedro Veniss – un tiers de 47 participants.

Patrice et Lacrimoso HDC

Patrice et Lacrimoso HDC

Bertram Allen et sa fille de Kannan parti dans la première partie de l’épreuve a réussi à signer un magnifique parcours sans faute et a fait naître l’espoir d’un éventuel barrage. « Ma jument a vraiment tout donné, a commenté le jeune Irlandais, et plus le temps passait, plus je me disais que j’avais de bonnes chances de victoire étant le seul sans faute ».

Bertram sur le fameux obstacle très fautif

Bertram sur le fameux obstacle très fautif

Betram Allen le premier sans-faute

Betram Allen le premier sans-faute

En effet, vu la difficulté du parcours, le fait de l’avoir terminé c’était déjà une réussite et 4 points correspondaient à un tour sans-faute et ils étaient onze dans ce cas de figure. Juste le nombre que l’on espère pour une épreuve réussie.

Et puis Pénélope est arrivée avec son étalon puissant et disponible. « Oui c’est vrai que mon cheval est parfait, confirme la cavalière. Quand on regarde son parcours on ne se rend pas compte de la difficulté de l’épreuve. Et même à la remise des prix il est adorable. ». Vagabond de la Pomme ne semblait pas en peine ni en difficulté face aux efforts répétés – et peu de chevaux ont été dimanche dans ce cas.

PENELOPE L 1 TOUR

Edwina Alexander est arrivée la dernière sur la piste et a déroulé son parcours « pour faire de son mieux » – California et la jument, bondissante et agile a réussi a voler sans faire tomber une barre.

Edwina et California imbattables

Edwina et California troisième sans faute

Sauvés, on allait avoir un barrage à trois! Au paddock c’était le moment d’une forte concentration

Pénélope avant le barrage

Pénélope avant le barrage

Edwina avant le barrage

Edwina avant le barrage

Bertram est parti le premier dans un tempo de barrage et a terminé son parcours en 39.20 mais avec une barre par terre. « Je devais aller vite, commente Bertram et cette faute c’est vraiment pas de chance. »

Bertram ouvre le barrage

Bertram ouvre le barrage

La faute de Bertram Allen incite Pénélope à sécuriser son parcours et donc à ajouter une foulée qui la prive de la victoire…. Pénélope termine en 41.44 alors que Edwina, partie la dernière, fait une foulée de moins affiche 41.36. « Je suis tellement heureuse de cette victoire, ne cache pas sa joie la cavalière australienne. J’aime vraiment beaucoup ce concours qui ne ressemble à aucun autre au monde. Et j’adore les sacs Hermes!!! »

EDWINA BARRAGE

 

Edwina et Pénélope au barrage

Edwina et Pénélope au barrage

UN GRAND PRIX HORS DE PRIX?

« Pénible à sauter et pénible à regarder », a commenté l’épreuve Kevin Staut qui a trouvé que les chevaux généreux sans tous les moyens de monde ont vraiment été pénalisés dans ce parcours tout en force qui ne leur donnait pas le temps de souffler. Et la plupart des chevaux n’ont pas réussi à passer correctement avant-dernier oxer sur bidet mais aussi des rayures horizontales qui pouvaient tromper leur vision et une distance problématique. Chrisitan Ahlmann a résumé ainsi le problème: « Chaque Grand Prix a son lot de difficultés, mais là on les retrouve toutes. »
A ce niveau d’épreuve avec les meilleurs cavaliers du monde l’équilibre n’est pas facile à trouver. Le chef de piste, Frank Rothenberger, se défend: « Je déteste les Grand prix avec les quinze sans-fautes et les cavaliers aussi. J’ai donc fait un parcours à la hauteur des participants. C’est vrai qu’il y a eu beaucoup d’abandons mais si je devais le refaire je ferais exactement pareil en changeant peut-être l’avant-dernier obstacle ou le double de verticaux dans le triple. »
La tâche d’un chef de piste est certainement difficile mais la recherche de la difficulté à tout prix ne devrait pas se faire au détriment des chevaux et du public qui achète les places pour admirer les meilleurs cavaliers au monde et qui assiste à des abandons à la chaîne.

Casall fait une faute et termine septième

Casall fait une faute et termine septième

Ludger et Chiara une faute très rapide 4ème place

Ludger et Chiara une faute 4ème place

Ahlmann et Caribis Z 5ème et content de son cheval

Ahlmann et Caribis Z 5ème et content de son cheval

John Whitaker avec Ornellaia sera 6ème

John Whitaker avec Ornellaia sera 6ème

OLIVIER ROBERT ET JULIEN GONIN UNE PARTICIPATION REMARQUEE

Dans ce tour à problème les Français qui débutaient sous la coupole ont fait une très bonne impression. Olivier Robert avec Tempo de Paban s’est arrêté devant le fameux obstacle à fautes et a préféré en rester là mais l’ensemble de parcours a été très fluide, aérien et agréable à voir. Pareil pour Julien Gonin et son puissant Soleil de Cornu, deux fautes et 23ème place mais un parcours très maîtrisé. Les cavaliers et leur chevaux ont affronté les difficultés de sang froid. Bravo à eux!

Julien Gonin et Soleil de Cornu

Julien Gonin et Soleil de Cornu

Olivier Robert et Tempo de Paban

Olivier Robert et Tempo de Paban

Le public circulait aussi aux écuries

SALON DES ETALONS UN MOMENT DE REVE PARTAGE

Diamant et son équipe

Diamant et son équipe

La beauté des étalons, l’enthousiasme du public passionné, une fois encore le salon de Saint-Lô s’est transformé en grande fête de l’élevage francais. C’est uniquement sur cette terre normande que l’on peut voir l’assistance pleurer d’émotion au passage de Diamant de Semilly, cet étalon de légende, numéro 1 sur la liste des pères de chevaux de sport à l’échelle mondiale. Photos: Diamant de Semilly, on voudrait que ce diamant là soit éternel…

diamant semilly

Diamant, 26 ans, toujours aussi fier de parader ainsi devant son public, se porte encore très bien et affiche une belle allure, mais on ne peut pas savoir si son état de forme lui permettra encore de telles manifestations à l’avenir – il n’est donc pas étonnant que le public de Saint-Lô est venu très nombreux pour l’applaudir.

diamant 6

Diamant de Semilly SF a ete accompagne par Contendro, Holsteiner, le papy de 20 ans dont les belles allures et la bonne humeur demeurent inchangés, tout comme ses performances d’étalons dans trois disciplines : saut d’obstacles, concours complet et le dressage – il reste toutefois l’étalon numéro 1 du concours complet.

Contendro, incontournable

Contendro, incontournable

contendro lastar

A côté de ces stars planétaires les éleveurs n’ont eu que l’embarras de choix – on leur a proposé 250 candidats pour devenir père de leur futur « poulain de rêve » dans la race Selle Français. Le choix d’autant plus difficile que tous les étalonniers ont assuré de la parfaite qualité physique, sportive et mentale de leurs champions. « Nous sommes très fiers de la réussite de ce Salon, commente Yann Adam, le directeur du Pôle Hippique. Nous avons l’expérience et le public nécessaires mais on veut bien la partager, même avec les organisateurs des concours 5*… » Photo: les étalons ont eu beaucoup de visiteurs…

les ecuries

Sur la piste les étalons, comme les danseurs-étoile, se sont suivis sur la piste  en provoquant parfois quelques frayeurs pour les courageux présentateurs. Parmi les nouveautés du Salon nous avons pu découvrir les jeunes retraités : Orient Express (Quick Star), le Vice-Champion du Monde sous la selle de Patrice Delaveau et Nippon d’Elle (Sherif d’Elle), l’une de montures de légende de Bosty (sur la photo).

nippon delle

Pour la première fois on découvrait également Cartani, fils de Carthago et de  la fameuse Taggi, une des meilleures juments au monde.

Cartani, un très beau modèle

Cartani, un très beau modèle

Et une belle tête aussi...

Et une belle tête aussi…

Et toujours un grand coup de cœur pour Vagabond de la Pomme, l’un des plus grands sportifs en France, menant de front la carrière de reproducteur. Ses poulains sont bien faits et faciles, assure Geneviève Mégret sa propriétaire et quand ils arrivent à l’âge de l’activité sportive, on  les remarque… on pense ainsi au très prometteur Vagabond d’Argent, compétitif avec Thomas Rousseau mais malheureusement disparu cette année à l’aube d’une belle carrière.

Vagabond de la Pomme, très séduisant

Vagabond de la Pomme, très séduisant

Un autre coup de coeur pour Nevroso, fils de Le Tot de Semilly par Galoubet A en progression constante au niveau de nombre de saillies et de poulains de qualité sportive, au moins en France. Ce cheval a une chance de devenir le deuxième Diamant, assurent ses représentants. Là, au calme, il est très détendu…

Nervoso, bien détendu

Et voici quelques acteurs de ce magnifique spectacle…

Mylord Carthago, étalon confirmé

Mylord Carthago, étalon confirmé

Montender Bois Margot

Montender Bois Margot

For Feeling

For Feeling

Acantus GK

Acantus GK

Action breaker

Action breaker

Andiamo Semilly

Andiamo Semilly

Cap Kennedy Bois Margot

Cap Kennedy Bois Margot

Consul de la vie Z

Consul de la vie Z

Upsilon la star du complet et pas seulement

Upsilon la star du complet et pas seulement

champion-3ans

DREAM DE BAUSSY COMES TRUE

dream-de-baussy

Thierry Navet, le naisseur de Dream de Baussy, le Champion de France de mâles de 3 ans qui peut espérer de retrouver dans le jeune étalon le digne successeur de Quito de Baussy, le champion de son frère Eric Navet. Dream de Baussy est le seul Selle Français originel (sans apport de sang étranger jusqu’à la quatrième génération) à obtenir l’agrément cette année – son père, Nabab de Rêve, est inscrit au studbook belge mais l’origine de ce fils de Quidam de Revel est parfaitement française et la mère Typie du Tillard, une jeune jument de 9 ans qui mène carrière internationale avec Angelica Augustsson. Dream de Baussy l’emporte grâce à une grande régularité dans les trois ateliers et à la meilleure moyenne aux allures (17,25) pour une note finale de 16,80.

Le jugement des étalons est en même technique et très délicat car les candidats sont de mieux en mieux préparés et le niveau de présentation parfaitement comparable. Le jugement se fait au modèle (40%), aux allures (20%), saut en liberté (20%) et au saut monté (10%), note qui se complète d’un bonus (0 à 0,4 points) en fonction de la qualité de la souche maternelle – le bonus qui se révèle souvent décisif.

Derrière Dream de Baussy les juges ont  classé Dionysos de Vains (Hélios de la Cour et Rock de Vains par par Robin II Z), présenté par Haras du Fougeray et Christian Bihl situés en Alsace. L’élevage Lamotte de Bretagne était ravi de la troisième place de Damiro d’Helby (Urbain d’Helby et Iseut d’Helby par Paladin des Ifs). Darius Péguignon (Canturo et Version d’Iscla par Diamant de Semilly) présenté par la Sarl agricole de Redon (41) est quatrième et Dakota West (Kannan et Tamaryse par Quaprice Boimargot) né chez Christian Planchon, propriété de Thomas Hauri pour la Suisse,cinquième.

Parmi les 35 étalons agréés on note la dominance de descendants de Kannan, d’Air Jordan, de Canturo, Qlassic Bois Margot, et Vigo Cécé, la révélation de l’année.