CIENTO LE CHEVAL DE TETE

FRANCOIS XAVIER BOUDANT : QUAND ON PROGRESSE C’EST TOUJOURS MOTIVANT

 

FX ET CIENTO AU CSI 3* A SAINT LO

FX ET CIENTO AU CSI 3* A SAINT LO

JUMP ALLIANCE

Cela fait 10 ans que je travaille au Haras du Barquet. D’abord j’étais locataire chez Benjamin Ghelfi et ensuite, avec Benjamin et Rudy Cock, nous avons mis en place le projet d’agrandir les installations et créer Jump Alliance – et cela fonctionne depuis 3 ans. Nous profitons de belles installations confortables, d’un club house qui permet de passer un moment agréable au chaud l’hiver. Le confort du cheval et de l’humain qui s’en occupe, c’est important.

LA QUESTION DE FAIRE AUTRE CHOSE NE S’EST JAMAIS POSEE

FX DEAUVILLE

Mes parents ont été agriculteurs dans la Manche, mon père était un passionné des chevaux, il élevait et sortait aussi en concours. C’est lui qui a débuté Flambeau C ! Il a dû arrêter sa carrière de cavalier en reprenant l’exploitation familiale. Et moi je suis tombé dedans quand j’étais petit….

FX DEUVILLE OK

J’ai eu la chance de profiter de l’enseignement et de conseils de bons cavaliers de l’époque. J’ai appris à monter avec Jacky Angot, le père des frères Angot et je me suis perfectionné auprès du père de Julien Epaillard. Par la suite, avec de bons chevaux de l’élevage familial, j’ai pu profiter de l’enseignement d’Eric Navet, d’Hervé Godignon et j’ai eu la chance de travailler avec Gilles Bertrand de Balanda.

ON A LE PRIVILEGE DE FAIRE CE QU’ON AIME

FX ET CHACCO ROUGE

UKRAINE DE MOYON

Des moments durs on en a eu mais je n’ai jamais pensé à arrêter. Quand je suis arrivé ici, par exemple, après le passage chez Michel Hécart, je me suis retrouvé avec 2 chevaux et il a fallu tout reconstruire. Mais c’est comme ça, les coups durs nous font prendre de l’expérience. C’est un privilège de faire ce qu’on aime, même si c’est du non-stop 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Quand on a de bons chevaux, on reste motivés sans problème.

AVEC STELLA LYGHT

AVEC STELLA LYGHT A SAINT LO

Aujourd’hui mon objectif c’est de faire du haut niveau mais il faut garder toujours un pied dans les jeunes chevaux pour former la relève. Quand on n’a pas un sponsor pour vous acheter des chevaux il faut bien les fabriquer. J’aime bien tous les aspects de la vie avec un cheval : l’élevage, la formation des jeunes, la compétition étoilée. Le haut niveau apporte toutefois des complications… Au niveau de 2* ou 3* on peut emmener pas mal de chevaux donc c’est gérable, mais au niveau de 5* et seulement deux chevaux autorisés, l’organisation devient difficile.

C’EST IMPORTANT DE PRENDRE SON TEMPS, SURTOUT AVEC LES JEUNES CHEVAUX

AMANT DU CHATEAU TOP 7 A DEAUVILLE

AMANT DU CHATEAU TOP 7 A DEAUVILLE

Ma méthode de travail avec les jeunes chevaux est assez simple – mais il faut arriver à faire les choses simples bien, et ce n’est pas si évident. Tout est basé sur la rigueur quotidienne, la répétition des choses à faire ou ne pas faire. Et ils finissent par s’installer dans cette façon de fonctionner. Cela se fait assez naturellement, mais il leur faut du temps pour apprendre, pour prendre de la condition physique, se muscler… Et ils ne vont pas tous à la même vitesse, il faut s’adapter vraiment à chaque cas et faire en sorte que le propriétaire soit content. J’ai la chance d’avoir des propriétaires comme B P Lecourtois ou M. Poitau qui me suivent depuis dix ans, donc, en général, l’ambiance est bonne. A l’écurie j’ai actuellement 4 à 5 chevaux par tranche d’âge. La finale à Fontainebleau est pour eux un objectif de formation, pas un objectif de victoire. On essaie de bien les préparer et on les emmène quand on estime qu’ils sont prêts. Evidemment, quand on gagne, c’est un moment très sympa mais je ne me fixe pas cet objectif au départ.

UPSULLA D'ALLOU CSI 2* AVEC AEC A SAINT LO

UPSULLA D’ALLOU CSI 2* AVEC AEC A SAINT LO

Je forme des jeunes chevaux depuis des années et j’ai eu de la chance de voir certains d’entre eux évoluer au plus haut niveau. Nasa, une jument que nous avons acheté à Michel Hecart et qui est devenue une championne avec Steve Guerdat elle s’est illustrée, entre autres, à Calgari et à Aix la Chapelle.

LE DESTIN DE NASA

LE DESTIN DE NASA

Kalaska de Semilly m’a été confié et je l’ai monté à 5 et à 6 ans. Il avait déjà été le champion à 4 ans et a montré du potentiel dès le début. Il a été facile, brave avec des moyens et il a fait les JO avec une cavalière amateure. C’est quand même sympa d’avoir formé les chevaux qui ont fait les JO par la suite, comme Maestro Saint-Lois par exemple.

KALASKA DE SEMILLY AU JO DE PEKIN

KALASKA DE SEMILLY AU JO DE PEKIN

REFAIRE DE BEAUX CONCOURS

Mes objectifs c’est de bien sauter les chevaux et de refaire les beaux concours. Le rêve ce serait de retrouver l’équipe de France et les Coupes des Nations. Je peux compter actuellement sur Ciento mon cheval de tête que je monte depuis qu’il a 4 ans. Il a beaucoup de sang, c’est un cheval très sensible qui avait peur de tout et qu’il fallait construire aussi bien physiquement que psychiquement. Vertige de Galarzac, 8 ans, est arrivé cette année dans mes écuries et nous avons commencé à sauter de belles épreuves de 145. Je compte aussi sur le retour en forme de Stella Lyght qui est née dans l’élevage familial qui a été championne des 6 ans, 3ème des 7 ans, qui a fait des Coupes des Nations et en a gagné une – elle a été arrêtée pour une blessure et elle recommence à sauter à la hauteur de 140-145. Il y a aussi Amant du Château GFE qui revient après sa saison de monte et qu’on prépare pour les Championnats de 7-8 ans à Bordeaux. Chacco Rouge que j’ai formé m’a été confié récemment par la famille Megret, je suis donc très bien équipé en chevaux de qualité.

CIENTO LE CHEVAL DE TETE

CIENTO LE CHEVAL DE TETE

Mais faire de beaux concours, même ceux de 5* n’est pas un but en soi, j’en ai déjà une certaine expérience. Je veux y aller seulement si j’ai une chance de faire quelque chose de correct avec mes chevaux…