Archives mensuelles : août 2016

rio

OR POUR LES QUATRE GARCONS DU COMPLET A RIO

On les savait très forts et motivés mais cette médaille d’or olympique fait vraiment du bien à toute la planète équestre française et à toute la France.

astier à rio

La première surprise est venue de la deuxième place de l’équipe de France après l’épreuve de dressage. Deuxième à 2 petits points derrière l’équipe allemande, pourtant forte en thème. Le travail constant et soutenu des cavaliers coachés par le dresseur Serge Cornu s’est révélé  efficace et très payant, les cavaliers ayant déroulés de belles reprises sur leurs grands chevaux très en valeur sur la piste.

astier crosse rio

Le jour suivant, l’épreuve de cross a été très éprouvante. Astier Nicolas et Piaf de B’Neville ont fait un parcours parfait sans pénalité mais le cavalier a senti son cheval à la peine vers la fin du parcours quand il fallait sauter les grosses et larges tables. Karim Laghouag a essuyé un refus d’Entebbe dans le gué et de grosses pénalités, suite à quoi Thierry Touzaint, l’entraîneur de l’équipe, a pris la sage décision d’éviter le refus à tout prix, quitte à encaisser les pénalités du temps dépassé. Le cross s’est révélé difficile pour l’équipe de L’Allemagne et encore pire pour la Grande Bretagne. Les résultats du cross, habituellement le point fort des tricolores, fait descendre la France à la troisième place derrière l’Australie et la Nouvelle Zélande, l’Allemagne se retrouve quatrième. Dur à encaisser pour les équipiers mais rien n’est encore joué.

karim rio

Le lendemain, les chevaux  fatigués par le cross doivent prendre le départ pour sauter le parcours de CSO. Les gros troncs d’arbres sont remplacés par les obstacles légers et fragiles. Karim et Entebbe de Hus sautent très bien avec un petit point de temps dépassé, Thibaut Valette et Qing du Briot font un parcours parfait mais Bart L le jeune cheval de Mathieu Lemoine accuse le gros coup de fatigue et fait tomber les deux dernières barres. Astier, le dernier à prendre le départ doit absolument signer un sans – faute et il le fait. Les Allemands sautent très bien aussi, alors que les chevaux de l’équipe d’Australie et de la Nouvelle Zélande, éprouvés par le cross, font tomber les barres. Un nouveau retournement de la situation et la France se retrouve en tête couverte de l’or olympique tant convoité. L’Allemagne est derrière avec 3.80 points derrière les Français, l’Australie est en bronze, Nouvelle Zelande se retrouve avec une médaille en chocolat – les quatre équipes sont séparées par quelques micro-points, le match étant extrêmement serré. La Grande Bretagne, cinquième est très loin derrière les quatre mousquetaires à 80 points d’écart de la Nouvelle Zélande. Tout le monde est très heureux pour cette équipe de France en or, les quatre garçons étant aimés et appréciés pour leur gentillesse, leur simplicité et leur bonne humeur.

La finale individuelle a permis à Astier Nicolas sur Piaf de B’Neville de conserver sa deuxième place et donc une médaille d’argent derrière Michael Jung avec son fidèle Sam, cheval de 16 ans incroyable de fraîcheur, avec qui il a déjà été médaille d’or aux JO de Londres.

L’équipe française se composait de

Astier Nicolas et  Piaf de B’Neville- (Selle Français Originel, né dans la Manche chez Jean Baptiste Thiebot)

Thibaut Vallette et Qing du Briot*ENE-HN (Selle Français Originel né dans la famille Bardon Planchat dans la Creuse)

Karim-Florent Laghouag et Entebbe de Hus (Hanovrien)

Mathieu Lemoine et Bart L (KWPN)

Entraîneurs: Thierry Touzaint, Serge Cornu (dressage), Thierry Pomel (CSO)

Panneau drapeau

ON NOUS CONNAIT MIEUX A DUBAI QU’EN FRANCE

_MG_4579-rw

André Boittin aime les chevaux, la campagne normande et les défis. Ce passionné de travail a, depuis l’année 2000, pris en charge l’idée, la préparation et l’organisation des courses internationales d’endurance d’Argentan. Depuis deux ans et très probablement l’année prochaine également,  l’Association des Cavaliers Ornais de Randonnée (ACOR), sera chargée d’organisation du Championnat de France qui se trouve ainsi associé à sa course internationale trois étoiles, un maximum sur l’ horizon des épreuves de ce niveau. Photo du podium: André Boittin est le premier à droite

Une course appréciée à l’international et méconnue en France

Panneau drapeau

Cette dernière est devenue très réputée à travers le monde et l’année 2016 la CEI*** d’Argentan a battu tous les records de participation : 240 chevaux et 21 pays. Programmée juste avant la date limite des qualifications pour les Championnats du Monde elle a profité du hasard du calendrier. C’était le plus grand événement équestre de l’année en France et le plus discret aussi. « Nous avons beaucoup de mal à attirer les médias, se désole l’organisateur en chef. Cette année j’ai proposé à nos partenaires et aux médias de suivre une boucle de 30 km pour voir comment se déroule une course en réel, avec les allures des chevaux, les examens vétérinaires, le système de mesure de vitesse et de rythme cardiaque. J’ai loué un bus pour permettre aux journalistes de vivre une boucle en direct. Deux personnes se sont présentées.»

Il n’y a pas d’argent dans les courses d’endurance  

_MG_4638-rw

Absence de l’intérêt des médias signifie absence des sponsors. « Il n’y a pas d’argent dans les courses d’endurance. Les  participants paient les frais d’engagement importants : trois cents euros environ pour une course 3* et viennent avec une équipe qui accompagne le cheval dans son effort et pourtant ils ne touchent pas de gains. L’enjeu est donc purement sportif et aussi commercial pour certains propriétaires des chevaux. Depuis l’arrivée de Moyen Orient le monde d’endurance a changé. Les bons chevaux prennent de la valeur, certains cavaliers fortunés arrivent en hélicoptère et leurs chevaux par avion-cargo, la surveillance vétérinaire des chevaux est renforcée et les courses comme la nôtre ont du succès car le terrain est relativement facile à pratiquer et permet de développer la vitesse. L’année dernière suite aux scandales de la maltraitance des chevaux pendant les courses au Moyen Orient j’ai fermé notre événement à leurs cavaliers et j’ai été immédiatement pénalisé au niveau de la participation et donc du budget. Car notre ressource principale, à part la dotation de la Région et du Département, c’est l’engagement des participants. Et il faut savoir que l’organisation d’un tel événement n’est pas simplement compliquée, elle est également très coûteuse ! Il faut financer la venue, l’hébergement et la rémunération d’une trentaine d’officiels : onze vétérinaires, des juges etc. Cette année  nous avons été aidé par le calendrier : notre course se déroulait le 16 et le 17 juillet, alors que le 18 tombait la date officielle de la fermeture officielle de qualifications pour les Championnats du Monde qui auront lieu à partir de 15 septembre en Slovaquie. Nous avons eu les demandes de participation jusqu’à la dernière minute et certaines sont même arrivées trop tard. Nous avons réuni une participation record de 240 chevaux !!!! »

L’organisation titanesque

_MG_4675-rw

« L’organisation d’une grande course internationale est vraiment complexe. Il me faut quatre bons mois pour la préparer, raconte André Boittin. Le premier moment stratégique c’est d’assurer le tracé. J’ai besoin de l’accord d’une trentaine de communes qui vont accueillir les cavaliers. Ensuite il faut demander 2 mois avant la manifestation l’autorisation à la sous-préfecture d’Argentan les autorisations concernant la gendarmerie, les pompiers etc. Les dossiers sont très compliqués et certaines autorisations arrivent vraiment à la dernière minute juste avant le début de la course. Il faut vraiment avoir des nerfs solides. Nous avons de très bonnes relations avec les agriculteurs qui mettent à la disposition leurs champs, apportent de l’eau etc. Construire de bonnes relations prend du temps mais le résultat est très sympathique et permet de belles rencontres. Pour une course internationale de 3* on doit réunir des équipes importantes de  vétérinaires qualifiés et de juges internationaux, mais une fois le responsable des contacts nommé on gère cette question sans trop de soucis. La structure de l’hippodrome d’Argentan offre une centaine de boxes en dur et je loue les boxes démontables en plus. Notre grande force ce sont les bénévoles. Ils sont une cinquantaine et ont des responsabilités bien définies : responsables des boucles, responsables d’accueil des chevaux et des cavaliers. Je suis entouré par une équipe de confiance sans laquelle cette manifestation ne pourrait avoir lieu ». »

Comment gérer un cheval d’endurance      

_MG_4470-rw

« Les cavaliers d’endurance sont considérés par la fédération française comme des amateurs. Il est vrai que le niveau technique requis pour la pratique de l’équitation n’est pas très élevé mais il faut savoir parfaitement gérer son cheval. Il faut signaler que la plupart des cavaliers étrangers louent des chevaux en France, ce qui est parfois délicat. Le cheval peut mal supporter l’effort demandé ou le cavalier ne le gère pas correctement – pour éviter les problèmes l’équipe du loueur accompagne le cheval mais il est difficile d’avoir réellement de très bons résultats de cette manière. L’endurance est devenue tristement célèbre à cause du dopage et de la maltraitance pratiquée par les cavaliers du Moyen Orient. Ils veulent gagner à tout prix et à toute allure, c’est leur culture et il n’est pas facile de  changer leur façon de voir les choses. On est très vigilent, on interdit désormais de remettre le cheval dans le box pendant la course pour éviter les tentations du dopage, on dispose d’un système de chronométrage très perfectionné on peut même suivre le rythme cardiaque d’un cheval à distance. On fait tout pour surveiller la santé des chevaux, mais le risque zéro n’existe pas.  »

Ce qui motive

« Ce qui me motive c’est le nombre de participants. J’en espère toujours plus et c’est une grande fierté de les voir partir satisfaits et surtout de les voir revenir. En dehors de l’endurance je m’occupe aussi de la promotion du tourisme équestre dans l’Orne et partir à la découverte des chemins, cela me fait vraiment plaisir. La campagne normande est réellement magnifique. »

MARINE ET ANIMO

NORMANDIE HORSE SHOW FAIT LA FETE A SAINT LO

CHARLOTTE ET QUABAR

Le plus grand événement équestre de l’été se déroule actuellement à Saint-Lô du 5 au 15 août. Le premier week-end a été marqué par la Tournée des As, des épreuves du CSO National 1 sans oublier l’élevage avec le concours régional des foals. Les couples des poneys excellence que l’on a pu voir à la finale le dimanche 7 août préparaient le départ pour le Championnat d’Europe sous l’œil attentif du sélectionneur Olivier Bost. Le parcours mis en place par Jean-Paul Lepetit était bien impressionnant avec de belles côtes de 130 et les difficultés techniques comme des virages serrés ou la rivière. Six au départ pour cette  meilleure sélection, les cinq ont signé le sans-faute et se sont lancés pour le barrage. C’est Mathis Burnouf qui s’est imposé avec son généreux et calme Saphir de Cormeilles. Sur la photo à la remise des prix

MATHIS2

Mathis est reparti ensuite vers le Grand Prix « des grands » en démontrant une excellente maîtrise de difficultés, à une petite barre de barrage.  Marine Lebas avec Animo II, un très beau poney avec une énergie débordante a pris une deuxième place et également la quatrième avec Ramses de l’Etape – cette toute jeune cavalière est à suivre de très près. Photo: Marine et Animo à la remise des prix

MARINE

Nina Malleway sur Rexter d’Or est troisième. Charlotte Lebas sur le poney-star Quabar des Monceaux est cinquième sans vraiment jouer le chrono (photo en tête de l’article). L’épreuve Poney Elite a été emportée dans un très beau style par Claire Rambault avec Pilerlann Ar Park (photo en bas).

CLAIRE

Le festival des Kannan pour le Grand Prix

Le Grand Prix à 145 a réuni 45 participants qui avaient tous l’air de bien se creuser la tête devant la parcours du chef de piste et c’est surtout la ligne avec la rivière qui semblait délicate : large oxer, rivière, vertical après la rivière placé en courbe et changement de direction tout de suite à la réception pour sauter un autre oxer large au couleur de notre site.

AVANT LE PARCOURS

Délicat, en effet, mais onze couples ont tout de même réussi un parcours sans faute, dont Hugo Breuil avec deux chevaux. Malheureusement ses nerfs ont lâché et il termine parmi les derniers barragistes. C’est Alexis Gautier très en forme avec Oliday d’Ira, fils de Kannan, son fidèle étalon qui a imposé au barrage le temps de référence 42.03. (photo dessous)

GAUTIER ET OLIDAY

Il sera battu par Reynald Angot  en 41.21 qui est entré en piste avec une nette envie de gagner accompagné par la généreuse Symphonie des Biches (Kannan encore) de l’élevage familial.

R ANGOT

Tony Hanquanquant et Tourterelle d’Elle, encore une fille de Kannan, se place troisième sans trop presser sa jeune jument de 9 ans. Photo: Tony et Tourterelle au barrage

TONY BARRAGE

La belle surprise vient de Romain Kugel avec Rose de la Poulinière – le cavalier presque débutant à ce niveau  s’est installé à une belle quatrième place.

REINE2

Félicie Bertrand avec un très beau cheval Olimpo LS La Silla est cinquième suivie par Floriant Angot sur Soprano de Grandry.

FELICIE BERTRAND

F ANGOT

Axelle Lagoubie, gagnante de l’épreuve du matin et très bien classée sur l’ensemble du concours est sacrée la Meilleure Cavalière à côté de François-Xavier Boudant, le Meilleur Cavalier. Photo: Axelle et François-Xavier Boudant

A Lagoubie Meilleure Cavalière

BOUDANT

Les épreuves dans le cadre du Normandie Horse Show continuent. La finale régionale pour les jeunes chevaux de 5 et 6 ans, les concours d’élevage avec le championnat de France des foals Selle Français et le beau concours CSI 3*. Les organisateurs ont prévu également de la distraction et du spectacle. L’ensemble de programme sur http://polehippiquestlo.fr/evenements+normandie-horse-show.html