11889665_667862986648794_5821768433554679102_n

AIX LA CHAPELLE OU LA SAGA D’UN CHAMPIONNAT

Sur le podium des Championnats d’Europe à Aix-la-Chapelle, en Allemagne,  ce dimanche 23 août, trois champions de jumping, trois destins incroyables et trois personnalités aux nerfs d’acier. Le Hollandais Jeroen Dubbeldam, champion de monde aux JEM de Caen l’année accroche encore une fois la médaille d’or, il sera aussi Champion d’Europe pour deux ans, avec le même cheval, Zenith, un KWPN de 11 ans, petit-fils de Fuego du Prelet SF. Le couple se concentre sur les championnats, ne court pas les étapes du circuit de Jan Tops, il doit briller et motiver les cavaliers hollandais pour les échéances sportives les plus prestigieuses. Zenith n’a pas touché une barre mais après l’épreuve de chasse le mercredi 19 a été classé 16ème, juste après Simon Delestre. Et Jeroen doit avoir les nerfs d’acier pour ne pas être déstabilisé par la réaction de son cheval qui, avant d’entrer en piste pour la finale du dimanche a marqué un très vif désaccord – manifestement il n’avait plus envie de revenir faire des efforts sur ce stade impressionnant. Jeroen a tenu bon, le visage crispé, en soignant chaque foulée d’un parcours très technique et compliqué pour les grands chevaux et il a transmis sa motivation au Zenith. Il est le seul à ne pas faire de faute tout au long du championnat qui devait sembler interminable aux cavaliers et à leurs montures.

178188

4081

La médaille d’argent est accrochée au cou d’un autre cavalier d’exception qui, contrairement à Dubbeldam, n’a pas un fond olympique comme sponsor et partenaire et a beaucoup souffert de la désinvolture de ses propriétaires qui vendaient des chevaux dès qu’ils arrivaient à haut niveau. Gregory Whatelet avec Conrad de Hus, un fils de Con Air, propriété du Haras de Hus, forment désormais un couple qui dure, qui gagne et  qui, on l’espère, ne sera pas dissocié prochainement pour des raisons commerciales, car la perspective des JO fait monter la pression et les enchères autour des meilleurs chevaux. Le couple a fait tomber une seule barre et Gregory à lui tout seul n’a pas pu empêcher la descente aux enfers de son équipe qui se trouve privée des JO. Il fallait garder le moral pour se concentrer pour la finale individuelle du dimanche. Le cheval qui a déjà démontré son respect et sa confiance (une très belle victoire au GCT à Chantilly) a prouvé aussi qu’il a des ressorts physiques pour affronter les efforts pendant plusieurs jours – il a sauté toujours avec la même conviction et la même fraîcheur dans son très beau style parfaitement classique. Aucune barre par terre pendant la finale individuelle et le titre tant convoité enfin à son palmarès. Le travail acharné pendant des années a enfin payé, le bonheur était au rendez-vous.

4075

11902334_696040700496274_6897325829907814773_n

A la place du troisième mousquetaire avec une médaille en bronze Simon Delestre, associé à son petit cheval « extraterrestre » Ryan des Hayettes, fils d’Hugo Gesmeray qui a volé au-dessus des obstacles hautes et larges et a su s’adapter aux difficultés techniques en changeant le nombre de foulées à la demande de son cavalier. Après les deux étapes comptant pour le classement des nations Simon totalisait 6.67 points et se retrouvait à la 14ème place avant la finale du dimanche. Normalement trop loin pour viser le podium mais la loi du sport fait parfois des miracles, surtout quand le classement se fait dans un mouchoir de poche. La première manche de la finale individuelle du dimanche s’est révélée très délicate techniquement avec un triple placé directement après la rivière, il fallait donc reprendre parfaitement pour passer le triple sans toucher une barre, c’était vraiment très compliqué et les meilleurs s’y sont cassés les dents, dont tous les Allemands. Ils étaient seulement quatre à réaliser un double sans-faute au cours de cette finale : Dubbeldam, Whatelet, Delestre et Kevin Staut.  En soignant le deuxième tour Simon encaisse un point de temps mais avec 7.67 de pénalité il est mieux placé que Pénélope Leprevost avec 8 points. Il monte donc sur la troisième manche du podium et Pénélope Leprevost reste 4ème avec « une médaille en chocolat ».

11954665_668051076629985_248912173842904391_n

PENELOPE LEPREVOST UNE EXPERIENCE AU GOUT AMER  

11887835_918393394866673_5669985544938689689_n

Pénélope Leprevost en selle sur sa formidable Flora de Mariposa, fille de For Pleasure, a vécu ce championnat comme une expérience au goût assez amer. La jument, en forme exceptionnelle, très bien préparé et visiblement à l’aise dans cet énorme stade d’Aix la Chapelle. Le premier jour elle a ébloui tout le monde par sa rapidité et son charisme et a terminé en tête de classement en imposant son temps de référence. Le jour suivant, le jeudi 20 août la jument et sa cavalière sont encore au top de classement – aériennes, légères, on a l’impression que rien ne peut leur arriver. Vendredi, deuxième jour d’épreuves par équipes une barre tombe – une palanque isolée et très légère et la cavalière s’en veut de l’avoir « un peu négligé ». Mais rien de grave, le couple retombe à la 5ème place, mais comme tout le classement tient dans une barre rien n’est encore joué pour elle, la médaille reste à la portée de main. Dimanche, je jour de la finale individuelle, le fameux triple placé après la rivière provoque une autre faute – la jument chauffe un peu, la reprise dure une seconde de trop, du coup elles arrivent trop près de l’oxer du triple et la barre tombe. Une barre qui coûte très cher et la sépare du podium, car malgré le deuxième tour sans faute et rapide, elle reste avec une médaille en chocolat. Toutefois c’est un échec bien relatif, car compte tenu du jeune âge de la jument (10 ans) et des efforts qu’on lui a demandé, elle a confirmé une fois encore ses qualités de championne, doublé d’une formidable résistance physique et psychique. Flora de Mariposa, dirigée avec une grande subtilité par sa cavalière, prouve qu’elle a beaucoup mûri par rapport à l’année dernière. Pénélope et ses chevaux : Flora, Vagabond et aussi Ratina constitue désormais la valeur sûre de l’équipe de France.

11904669_918392998200046_475993878478695498_n

L’EQUIPE DE FRANCE AU TOP ET PUIS FLOP

Les championnats ont très bien commencé pour l’équipe de France qui s’est maintenue en tête de classement pendant 2 premiers jours. Et puis, vendredi, à la finale, tout s’écroule. Pénélope part la première et fait une petite faute, Simon fait pareil. Jérôme Hurel a un score assez lourd, on sait que c’est le point le plus faible de l’équipe. La pression immense pèse sur les épaules de Kevin Staut et de son Rêveur de Hurtebise. Elle semble l’écraser – Kevin fait 2 fautes et l’équipe se retrouve en dehors du podium, en 5ème place. Entre-temps les Suisses, qui ont fait une vraie contre-performance le premier jour se plaçant 13ème après la Pologne, mettent les bouchées doubles et réussissent  à remonter sur le podium avec une médaille de bronze alors que les Britanniques, pas très brillants au départ et sur qui plane le danger de non-qualification aux JO remontent à la 4ème place. L’équipe des Pays Bas, accroche, une fois encore, une belle médaille d’or, comme aux Jeux Equestres de Caen. Décidément, trop forts ses Hollandais. Les Allemands sont deuxièmes et vivent, de leur côté, une déception de taille car individuellement, le meilleur Allemand, Chrisitan Ahlmann avec Taloubet Z se place 7ème suivi par Meredith Michaels Beerabaum sur Fibonacci alors que Daniel Deusser est frappé de disqualification à cause de la trace de sang sur ses éperons. Avec un double sans-faute en final Kevin Staut a réussi à remonter à la 10ème place tout de suite après Meredith et avant Ludger Beerbaum, 12ème – dommage qu’il n’a pas réussi à se mobiliser ainsi au moment des épreuves par équipe. Les champions sont avant tout les hommes et ils ont des hauts et des bas mais on se demande quel serait le résultat finale pour l’équipe si à la place de Jérôme Hurel Philippe Guerdat a donné la chance à un jeune, par exemple, à Mathieu Billot et son Shiva d’Amaury – le cavalier a un mental d’acier et le couple est très en forme ces derniers temps.

11898582_667230050045421_2038149797937330420_n

On a vu pendant ces championnats que certains cavaliers non connus sur le circuit 5* ses sont débrouillés vraiment bien sur cette piste difficile avec des chevaux qui se sont rapidement mis à la hauteur- comme le cavalier polonais Jaroslaw Skrzyczynski avec son formidable Crazy Quick, petit-fils de Quick Star qui termine 22ème  devant Ben Maher et Diva II et le fait de participer à une telle compétition donne les ailes aux cavaliers et à leurs montures.

11701163_668051219963304_1807738136276210507_n

En un mot, c’est un Championnat d’Europe plein de surprises, bonnes et mauvaises, qui vient de s’achever ce dimanche 23 août à Aix-la-Chapelle en Allemagne. Photos: pages facebook Pénélope Leprevost, Simon Delestre, Gregory Whatelet