UNE DOUBLE VICTOIRE POUR UN GRAND PRIX SOUS LA TOUR D’EIFFEL

_GD16888

Après CSI de Canteleu la semaine dernière voici une autre double victoire qui s’est dessinée ce dimanche 5 juillet sous le regard de la Vieille Dame de Fer. L’Egyptien Karim El Zoghby avec Amelia, une jeune jument de 10 ans  (Cantos) ont terminé leur barrage en 31.85 secondes – exactement le même temps que Ben Maher avec sa jument grise, Cella (Cento), nettement plus expérimenté  de haut de ses 13 ans, mais qui sort de six mois d’arrêt suite à une blessure. Une autre jument occupe la troisème place du podium – Heidi du Ruisseau Z (Heartbreaker) de 11 ans avec Edwina Tops Alexander, arrivée en 33.63 secondes. Uniquement trois barragistes et trois juments en tête, suivies par deux étalons sous les selles françaises.

_GD17039

Patrice Delaveau avec Orient Express HDC est quatrième avec une faute un peu « bête », alors que l’ensemble de difficultés n’ont pas posé de problème ni au cavalier ni au cheval… dommage. Pénélope Leprevost est cinquième avec Vagabond de la Pomme qui effectuait son retour sous les lumières d’un Grand Prix 5* après sa prestation à Las Vegas – il s’est depuis consacré à la monte, ce qui n’est pas considéré comme la meilleure préparation sportive. Le cheval a encore une fois démontré les qualités de ses moyens et de son mental : les quatre points ont été, selon sa cavalière, dû à une petite erreur de l’appréciation de sa part. En tout ca, la capacité de la cavalière à faire évoluer les chevaux avec des morfologies, des tempérements et des styles complètement différents est impressionnnante. Kevin Staut avec sa bonne vieille Silvana HDC est neuvième en ayant fait huit points sur l’entrée de la piste. Photo: Edwina et Heidi

_79I4533

Edwina Alexander avec sa jument Heidi du Ruisseau Z,  aussi généreuse que douée – elle saute avec une belle hauteur ce qui, du coup, la ralentit un peu pendant le barrage – a été la première à effectuer un sans-faute alors que l’on a perdu l’espoir de le voir surgir sur la belle piste des Champs de Mars. L’Egyptien  Karim El Zoghbi a profité de sa complicité et de la fraîcheur de la jument Amelia qu’il connait très bien et qu’il a formée depuis sa jeunesse – son bonheur a été total et très communicatif. Photo: Karim et Amelia

_79I4832

Ben Maher, rayonnant, avait bien besoin de cette belle victoire car la blessure de Cella l’a éloigné des podiums des plus grands concours. Un beau podium qui sauve l’image de l’épreuve qui démontre que le chef de piste est vraiment un chef d’orchestre et quand il rate sa partition, à la place d’un beau concert on peut avoir la cacophonie qui, ce qui est plus grave, peut atteindre le moral des chevaux qu’on met des mois et des années à construire.  Photo: Ben et Cella              

_GD16697

 

BERTRAM ALLEN AU TOP DE LA TOUR EIFFEL

_79I1894

Samedi 4 juillet les Champs de Mars sous le soleil et la foule des spectateurs surchauffés ont assisté à un Grand Prix Longines, le sommet de cette étape du GCT de Paris. C’est l’incroyable Irlandais Bertram Allen, 19 ans au compteur et son tout aussi incroyable vieux Romanov, par Heartbreaker, de 17 ans (le cheval est aussi dynamique en piste que somnolent une fois dehors) qui ont grimpé l’ensemble au sommet de la Tour Eiffel avec un triple sans-faute et un barrage bouclé en 37.32 secondes. Photo: Betram Allen et remise des pris

_GD29397

A leur côté on retrouve l’amazone portugaise, Luciana Diniz, avec Fit For Fun (For Pleasure), une jument parfaite qui semble aussi facile que efficace, terminant le barrage en 37.84. La video qui montre les deux couples côte à côte est intéressante car les deux champions semblent successivement en tête d’un obstacle à l’autre – la différence a dû se faire sur le dernier. Photo: Luciana Diniz

_79I3192

Darragh Kenny, un autre Irlandais, moins connu du grand public, s’est retrouvé sur la troisième place du podium en 39.36 secondes avec Sans Soucis Z (Surrealist v.h Paradijs) avec tout le bonheur que l’on peut imaginer. Philippe Rozier avec Rahotep de Toscane, parti en ouvreur du barrage, a chargé un peu le deuxième obstacle en provoquant la faute qui le prive du podium. Dommage, mais bien joué quand même car l’ensemble de sa prestation sur les Champs de Mars a été tout simplement éblouissante. Photo: Philippe Rozier

_GD28920

Pareil pour Pénélope Leprevost avec Ratina d’la Rousserie, la cinquième barragiste –Ratina s’est battue courageusement mais sa jeunesse et son manque d’expérience ne peuvent pas être totalement remplacés par le talent, le courage et la générosité. Ratina comptabilise 12 points au barrage mais brille surtout pendant les deux manches en affichant un  coup de saut et une concentration incroyable sur le parcours – Pénélope travaille constamment à la recherche des codes de fonctionnement de la jument, pour la mettre le moins dans le stress possible. On voit donc qu’elle s’échauffe à la dernière minute, en passant la plupart de la détente immobile et la rassure en faisant marcher la groom ou marchant elle-même à ses côtés. Apprendre à s’adapter au cheval – c’est certainement le maître mot des plus grands champions qui savent tirer le meilleur de chaque monture.  2 photos: Pénélope Leprevost

_79I3096

Mais avant d’arriver au barrage nous avons pu suivre un parcours passionnant des deux manches, aussi intéressant qu’éprouvant pour les couples par la difficulté du parcours comme par la chaleur ambiante. Traditionnellement, ils étaient 18 à repartir pour la deuxième manche, 17 sans-faute et un cavalier avec 1 point de temps dépassé. Malheureusement, ni Patrice Delaveau avec Lacrimoso HDC, ni Kevin Staut avec Rêveur de Hurtebise n’ont pas pu passer à cette étape en faisant chacun tomber une barre – pas de chance car les parcours ont vraiment été magnifiques. Tout comme celui de Bosty avec sa puissante jument Sydney Une Prince et d’Alexandre Fontanelle avec son fidèle Prime Time des Vagues. La seule véritable contre-performance est venue d’Aymeric de Ponnat avec Armitages Boy, éliminé après un parcours catastrophique. On espère que c’est un épisode à oublier et que le cheval et son cavalier vont se remettra à sauter avec le talent qu’on leur connait.

_79I2467

Dans la deuxième manche on retrouvait donc Pénélope avec Ratina d’la Rousserie, Philippe Rozier avec Rahotep de Toscane, Julien Epaillard qui a survolé les obstacles avec Cristallo ALM et Simon Delestre avec Qlassic Bois Margot. Les couples vedettes du ranking mondial :  Scott Brash avec Hello Sanctos, Rolf Göran Bengtsson avec Casall Ask, Maikel Van der Vleuten avec Verdi et Sergio Alvarez Moya sur Carlo 273 – très en forme – ont été également très motivé pour remporter cette étape mais la loi du sport en a  décidé autrement. Photo: Bertram Allen

_GD28789

Bravo à Bertram, Luciana, Darragh, Philippe et Pénélope et à leurs chevaux car ils ont été ce samedi les meilleurs parmi les meilleurs au monde !

LA MARSEILLAISE POUR PATRICE DELAVEAU SE JOUE A PARIS    

_GD27626

C’était comme retrouver les meilleurs moments des JEM à Caen. Un Patrice tellement heureux et rayonnant et Orient Express HDC, exprimant une belle fierté au milieu de la piste, sous sa chemise de gagnant.  Le vendredi 3 juillet, la première journée des compétiotions de Global Champions Tour à Paris s’est ainsi terminée en beauté, au grand plaisir de notre sportif national et du public.

_79I9529

C’était une épreuve aux couleurs de l’Equipe, avec de belles auteurs du Global qui s’est déroulé sous le soleil écrasant, dans le magnifique site des Champs de Mars, qui a réuni 46 couples avec, pour la plupart  les chevaux pressentis pour courir le Grand Prix de la Ville de Paris le dimanche. Une belle hauteur d’obstacles sur la piste, mais pas de difficultés techniques trop prononcées – le chef de piste Uliano Vezziani a opté pour la surprise des chevaux liée à la découverte de la piste et de son evironnement, très particulier. Au final, 17 couples se sont retrouvés au barrage, dont quatre Français. Julien Epaillard avec Pigmalion du Rozel (Le Tot de Semilly) a signé un très beau parcours en confiance, mais les deux fautes au barrage le mettent à la 13ème place. Kevin Staut avec sa Silvana HDC, le couple gagnant de l’année dernière, a franchement raté son barrage étant victime de la fatigue de Silvana liée à la chaleur ou au réveil des douleurs de la jument de 16 ans qui vient de sortir des blessures – un refus et 24 points au compteur, un moment très dur à vivre pour Kevin. Philippe Rozier avec Unpulsion de la Hart a préféré abandonner après une faute et préserver le cheval. C’est donc Patrice Delaveau qui s’est retouvé tout seul à porter l’espoir du public parisien et manifestement, la pression de public enthousiaste lui réussit plutôt bien ! Le barrage bouclé dans un rythme impeccable en 34.27 secondes et sans trop forcer !

_GD27548

Patrice a été très bien entouré par « Colombie team »  – Daniel Bluman avec sa formidable jument Concocreto Believe (34.41) et Carlos Lopez avec Prince de la Mare (34.45) le Selle Français au physique un peu atypique mais qui peut se révéler très gagneur quand les distances lui conviennent. Photos: Daniel Bluman et Carlos Lopez

_79I9751

 

_79I9433

On a remarqué également un très bon tour de Roger Yves Bost avec Sangria du Coty, une autre fille de Quaprice Boimargot qui n’est pas sans rappeler une certaine Ratina d’la Rousserie par le courage et la générosité.

Toutes les photo: LGCT