THOMAS ROUSSEAU AU TOP A DEAUVILLE

TH ROUSSEAU ET RED QUEEN DAVIER

Thomas Rousseau  a dominé ce week-end le concours SO Amateurs/Pro qui s’est déroulé du 23 au 25 mai au PIC de Deauville. Le vainqueur du GP Pro 1 à 140 ce lundi de Pentecôte avec Red Queen Davier, une jument de 10 ans par Papillon Rouge il a également gagné avec elle une difficile épreuve Vitesse Pro 2 à 135 du dimanche. Photo: Thomas Rousseau et Red Queen Davier à la remise des prix le lundi 25 et le dimanche sur Tolede de Mescam

THOMAS ET TOLEDE

Une cinquantaine de cavaliers ont été présents au Grand Prix du lundi et une dizaine de couples ont réussi un parcours sans faute et se sont donc retrouvés au barrage. Parmi eux, une seule cavalière – Axelle Lagoubie, championne de France des cavalières en titre avec sa vaillante Rubelia (Burggraaf). Thomas Rousseau  et Teddy Thellier ont même réussi à classer leurs deux chevaux.  Après un parcours qui semblait ne pas imposer de trop grandes difficultés techniques – c’est la rivière qui s’est révélée la plus fautive et le triple situé côté tribune dans la deuxième partie du parcours après la rivière. L’entrée du double qui composait la dernière ligne et qui était posé dans un virage a également causé quelques soucis. Photo: Axelle Lagoubie et Rubelia

AXELLE LAGOUBIE ET RUBELIA

Au barrage, comme d’habitude, il fallait conjuguer la vitesse avec le sans-faute. Axelle Lagoubie qui est partie sur un train d’enfer a payé son audace sur le parcours. Le Breton Thomas Rousseau avec une apparente facilité, dans un style très fluide, avec Red Queen Davier, une jument très souple, énergique, puissante et parfaitement à l’écoute a remporté le barrage, suivi par Alexis Gautier sur Oliday d’Ira (Kannan) et Teddy Thellier sur Secret du pays d’Auge, fils de Quick Star. Alexis Gautier était heureux après quelques sueurs froides dans l’épreuve de vitesse du dimanche, quand son étalon s’est pris les pieds dans les barres de la rivière et ne posait plus son postérieur par terre. C’était manifestement sans gravité, comme le prouve le classement de ce GP Pro 1.  Photo: Alexis et Oliday d’Ira et Teddy Thellier avec Secret du Pays d’Auge

ALEXIS ET OLIDAY

TEDDY THELLIER ET SECRET DU PAYS D'AUGE

La journée du dimanche a d’ailleurs été marquée par un nombre impressionnant de chutes en tout genre. Thomas Rousseau a expliqué que dans l’épreuve Vitesse 135 c’est la distance entre la rivière et l’obstacle suivant qui posait problème et dans la deuxième partie du parcours, les chevaux sur la défensive, n’avaient plus tous leurs moyens. Vers la fin de l’épreuve, quand le doute s’est bien installé dans les têtes des cavaliers, on ne comptait plus le nombre de chutes ou d’abandons – celle d’Adeline Hécart notamment dont le cheval a chuté également… On peut alors apprécier d’autant plus le sang-froid de Thomas Rousseau qui, en partant dans la dernière dizaine, a fermé la marche par un sans-faute avec Tolede de Mescam, une puissante fille de Mylord  Carthago de 8 ans  – dans ses écuries depuis 1 mois à peine qui a terminé à la septième place. Pour les cavaliers et les chevaux qui ont fait la connaissance du parcours le dimanche soir, la tâche semblait peut-être plus facile le lundi – la disposition d’obstacles n’a pas beaucoup changé – d’où, peut-être, l’impression d’une apparente facilité technique.  Thomas Rousseau remporte l’épreuve avec un temps imbattable de 60.10, suivi par Teddy Thellier sur Soho du Plessis en 66.23 et Cyril Cools est troisième avec Queros Van Terlinden. On remarque la quatrième place de Kevin Staut avec Sunday Top HDC. Phot: Cyril Cools et Kevin Staut

CYRIL COOLS

KEVIN

Patrice Delaveau est venu également, en voisin, faire des tours de travail à Leontine Ledimar Z HDC, sa jeune jument de 8 ans, qui commence à se distinguer sur les terrains des concours par quelques bons résultats. Photo: Patrice et Leontine

DELAVEAU ET LOPOLDINE

MODELE ALLURES ET … PROBLEMES

Le 23 mai, sur le très beau site des Haras du Pin a eu lieu un concours local de la présentation des poulains de 2 et 3 ans, organisé par l’association ADEP (Association Départementale des éleveurs de chevaux de sport de la circonscription du Pin). ADEP est une association très active dans la matière de de la défense des intérêts des éleveurs de chevaux et son président, Philippe Martin, a mené un formidable combat contre la vente aux enchères des étalons des haras nationaux. Un combat titanesque et couronné de succès. Photo : Cariatide Calonne, une pouliche de 3 ans, jugée « concentrée et sérieuse ». Au saut et avec son naisseur.

CARIATIDE CALONNE

CARIATIDE ET SON ELEVEUR

Ce vendredi de mai, sous un agréable soleil, l’ambiance est bonne, comme d’habitude. Les éleveurs sont contents de se retrouver pour présenter avec fierté leur belle production. Les pouliches – car le matin on présentait les pouliches de 2 et 3 ans sont – attendent sagement leur tour, toutes belles, brossées et nattées. Malheureusement, le sol du rond de présentation, sur lequel on a installé la piste avec les obstacles qui permettent aux juges d’évaluer les aptitudes à l’obstacle et les allures des pouliches est beaucoup trop profond, fuyant et même dangereux. L’une des pouliches tombe dans le virage, fauchée dans son élan. Les personnes chargées de faire sauter les chevaux font leur possible pour ralentir les chevaux trop généreux ou fougueux, les éleveurs sont inquiets. Les juges demandent de l’élan pour voir la cadence et la qualité de la propulsion, mais c’est impossible, la chute de la pouliche mais définitivement les points sur les i. Difficile de juger dans ces conditions – on ne comprend pas comment l’ifce (Institut français du cheval et de l’équitation) l’organisme national subventionné, qui entretien parfaitement les superbes carrières sur le site du Haras du Pin, puisse donner à la disposition des jeunes chevaux de sport un sol aussi infâme. « On les fait sauter dans la m… », a lancé un éleveur énervé et on comprend sa colère, car un mois de préparation d’un jeune cheval dans une écurie professionnelle coûte 700 euros en moyenne. On a donc le droit d’exiger que le concours se déroule dans les conditions ne mettent pas en péril la santé des chevaux.

CONCOURS AMBIANCE

La deuxième complication de la journée vient de l’arrivée de quelques mâles, inscrits au programme de l’après-midi. Cela augmente le temps de présentation, surchauffe l’ambiance et du coup, on décide de ne pas faire le rappel des chevaux classés mais uniquement présenter les résultats aux éleveurs sans faire une sympathique cérémonie. Ainsi, on ne peut pas apprécier le résultat du travail des juges, et surtout, les jeunes chevaux qui pour la plupart vivent dans les prés et n’ont pas l’habitude des camions se retrouvent enfermés dans les boîtes qui les terrorisent, tapent, ruent et l’accident n’est pas bien loin. Il a eu de la chance cet éleveur dont le cheval a panaché à l’intérieur du petit camion – il y avait une personne présente sur le parking qui a ouvert la porte du camion en attendant un grand bruit sourd et il a pu se dégager. Il n’avait rien de cassé – un miracle.

Un concours de présentation qui décourage au lieu d’encourager les éleveurs qui ne semblent pas être pris au sérieux. Dommage….