© Photographie Eric KNOLL. Gucci Masters 2013. Equestrian. Jumping

SPORT, ELEGANCE et FOU RIRE aux GUCCI MASTERS le samedi, victoire de KEVIN STAUT le dimanche

 

La guerre des sexes crédit photo Sportfot (ntdc)On attendait les événements de GUCCI MASTERS pour la performance sportive des chevaux et des cavaliers, pour l’élégance et le spectacle, mais le public n’a certainement pas prévu d’être plié de rire et de s’amuser comme au milieu d’un spectacle comique. Et cela grâce à l’imagination des cavaliers qui se sont surpassé une fois encore pour AMADE, l’association d’aide à l’enfance, parrainée par SM Princesse de Hanovre, Caroline de Monaco qui a emportée cette année un chèque de 180 000 euros. L’épreuve qui a débuté à 20h15 a eu un aspect sportif – c’est le meilleur chrono qui emportait – et un aspect spectacle, qui a été jugé par le jury « mondain » réunissant l’actrice -cavalière Marina Hands, le mannequin Noémie Lenoir  et l’animateur Nikos Aliagas.  Chaque équipe se composait d’un cavalier amateur qui « ouvrait » le parcours avant le cavalier professionnel – les deux résultats s’additionnant. La première place sportive a été prise par la première équipe de la Laiterie de Montaigu, avec un spectacle beau, touchant et parfaitement théâtralisé représentant les chevaliers pendant la guerre de 100 ans. Sur la piste, de nombreux paysans affolés et poursuivis par les Anglais sanguinaires ont été sauvés grâce à l’intervention de deux incroyables chevaliers, tout en armures vêtus, chevaleresques, efficaces et beaux, prénommés Tanguy François et Epaillard Julien – leur intervention a été parfaitement synchronisée, sans faute et imbattable au chrono. La deuxième équipe au podium appelée « Tamara », était composée de deux pirates : d’une petite pirate de 12 ans Tamara Zahid avec sa grande jument complice Verieta et de pirate borgne Rodrigo Pessoa – tous les deux très rapides et sans faute. L’équipe Gucci a pris la troisième place au podium sportif grâce à la « Fièvre du samedi soir » – avec Guillaume Canet dans le rôle de John Travolta et Edwina Tops – Alexander dans la peau d’Olivia Newton John, arrivant sur la piste dans une superbe Cadillac jaune. Edwina a révélé à cette occasion un tempérament de feu et sa danse a volé la vedette à Guillaume. Porté par un public extraordinairement chaud – et malgré les défenses de cheval d’Edwina – ils ont fait un très beau parcours sans faute. Le cinéma a inspiré également d’autres participants: équipe « Equidia Life » avec Sophie Tapie et Elodie Laborde a présenté de très beaux costumes rappelant « L’Avatar » de James Camerone,  équipe « Gucci Kids » composée d’Edie Campbell et Jessica Springsteen a séduit par la beauté incroyable des cavalières transformées en héroïnes de « Black Swann » de Darren Aronofsky – une en cygne blanc, l’autre en noir, avec les chevaux décorés de plumes, leur apparition était un vrai moment d’enchantement. Une autre équipe féminine « Longine » avec Jennifer Gates et Jane Richard Philips inspirée par Katy Perry a présenté un très joli tableau raffiné avec les chevaux parés et préparés en accord avec les costumes des cavalières. Ce défilé d’enchantement a été tout d’un coup interrompu par un « incident », une blessure au paddock. Pendant la pause deux paysans bretons avec les bonnets rouges ont fait l’apparition sur la piste en déroulant une banderole : « Sauvons les chevaux de traits bretons. Trot c’est trot ! » Nous avons vite appris que sous les bonnets rouges se cachaient en fait les « poneys rouges », amenés par Nicolas Canteloup qui a encore une fois réussi son coup de surprendre parfaitement le public et les animateurs par l’arrivée de 30 poneys en plein galop, tournant à toute allure sur la piste – et ne voulant plus la quitter. C’était un moment d’une incroyable drôlerie qui restera sans doute dans les souvenirs du concours. Nous pensions que plus rien ne pouvait nous arriver quand la dernière équipe « Queen » est entrée sur la piste en habit de moine représentée par Electra Niarchos et Thierry Rozier. Comme l’habit ne fait pas le moine Thierry Rozier est apparu – il fallait oser – en Freddie Mercury déguisé en femme – on se retrouvait tout d’un coup  chez Michou ! Thierry a révélé sa nature de comédien en montant à cheval avec les talons aiguilles et avec une mini jupe en cuir et chauffant le public comme un véritable professionnel. Il peut désormais tenter sa chance au cinéma – et cela d’autant plus que le Jury lui a attribué le premier prix de déguisement « pour avoir osé et ne pas avoir peur du ridicule ». Le public était ravi, transporté, heureux et Thierry s’est retrouvé poursuivi par la foule d’adorateurs, tout comme Bosty – Coccinelle qui avec son complice Benjamin Castaldi – Abeille, montant les chevaux transformés en rennes (leur chevaux non plus n’ont pas peur du ridicule). Pour retrouver les champions déguisés cliquez sur http://www.purepeople.com/article/sophie-tapie-jessica-springsteen-delires-de-stars-caroline-de-monaco-seduite_a133021/25#28

Arrivée à 22h, l’épreuve de « Guerre des sexes », réunissant dix cavalières et dix cavaliers a célébré – pour la première fois ! – la victoire de l’équipe des dames et cela avec un public très chaleureux et de super bonne humeur. Pour le classement individuel, nous avons cru à la victoire féminine grâce au parcours très maîtrisé et rapide de Luciana Diniz (Portugal) sur Upper Star. Mais Scott Brash (GB) avec son Bon Ami bien nommé a encore une fois  survolé tous les obstacles en lui volant la victoire. Tous les espoirs se sont donc reporté sur Pénélope Leprevost avec Nice Stéphanie qui, avec un temps extraordinairement rapide avait toutes les chances de battre l’imbattable Scott jusqu’au dernier obstacle …. Tandis que l’ex- jument de Pénélope, l’incroyable Jubilée d’Ouilly, qui à 16 ans, est de nouveau au centre de la plus haute compétition internationale est classée 6ème avec sa cavalière Laura Kraut (USA).

Dans l’après – midi, il faudra signaler le Grand prix d’Equida Life emporté d’un poil par Charlotte Augier de Moussac et Quirlo du Soufflet CH pour les couleurs de la Tchequie devant Guillaume Canet sur Padisha de Mars, deuxième.

Le dimanche 8 décembre tout le monde attendait le clou du programme, le fameux Grand Prix Gucci Masters pour lesquels les billets ont été vendus plus d’un mois en avance. Avec 39 cavaliers au départ, dont Ludger Beerbaum (Allemagne) qui est venu à Paris avec sa jument Chiara uniquement pour le Grand Prix, la compétition s’annonçait très intense. Les premiers cavaliers ont tous fait des fautes, mais 12 finalement ont accédé au barrage. C’est Kevin Staut sur Silvana HDC – sans faute et avec le meilleur temps 39.56 devant Scott Brash avec Ursula XII et Gerco Schröder sur son fameux London. Aymeric de Ponnat et Airmitages Boy prend une splendide deuxième place d’autant plus méritée que son parcours ouvrait le barrage. Ludger et sa Chiara se sont placés cinquième, Edwina Tops-Alexander (Australie) avec son honorable vétéran Cevo Itot du Château est sixième, alors que Simon Delestre et Napoli du Ry ont terminé septième. Simon a par ailleurs emporté le Trophée du Meilleur Cavalier, en compagnie de Scott Brash et Maikel van der Vleuten. Thimotée Anciaume avec Padock du Plessis a également accédé au barrage et termine à la onzième place. « C’est vraiment très spécial de gagner ce Grand Prix après une saison très moyenne, a déclaré Kevin Staut, visiblement heureux. Silvana est très en forme et quand je monte pas trop mal ça a l’air de marcher… »  Et c’est sur cette formidable victoire française que s’est terminée l’épopée des  Gucci Masters de Paris. Mais ce n’est qu’u revoir,et à l’année prochaine…